La Conférence Nationale des Ulémas tape du poing sur la table : ‘’ Tout musulman doit se méfier des idées malicieuses véhiculées par les Kamites’’

à la une Actualités Au Mali Flash infos Infos en continus Société

Au regard du bras de fer qui prévaut entre la communauté musulmane et les kamites depuis un certain temps, le Président de la Conférence Nationale des Ulémas, Dr Seydou Madibaba Sylla, et le 2ème Rapporteur de cette organisation, M. Ibrahim M. Diaby, ont rendu public un document, le vendredi 31 Mai 2024, intitulé : « Fatwa de la Conférence Nationale des Ulémas sur les Kamites et les doctrines similaires ».

Dr Seydou Madibaba Sylla et M. Ibrahim M. Diaby rappellent que la Conférence Nationale des Oulémas est l’autorité suprême du Haut Conseil Islamique du Mali en matière d’interprétation et d’élucidation théologiques et doctrinaires. Ils notent qu’elle est composée de quatre-vingt ulémas sélectionnés dans toutes les régions du Mali. Les sieurs Sylla et Diaby font comprendre que la Conférence Nationale des Ulémas a été saisie plusieurs fois par des particuliers, des associations et des membres de la communauté musulmane aux fins de clarifier la position de l’islam à l’égard de la secte appelée les kamites eu égard à leur hostilité manifeste envers l’islam.

Il ressort de leurs explications qu’après avoir examiné la question selon les règles islamiques, la conférence a émis cette fatwa afin d’orienter les musulmans sur cette question. Les responsables de la Conférence Nationale des Ulémas considèrent que le kamitisme est une secte hostile à l’islam, à son combat et nie les piliers de la foi, tels que la croyance en Dieu, en ses anges, en ses livres, en ses messagers, etc. Pour ces motifs, ils trouvent que cette secte et les doctrines similaires ainsi que leurs adeptes sont considérés comme des infidèles « Kafr ».

« A cet effet, il est interdit tout mariage entre les adeptes de ces doctrines et les musulmans en raison de leurs mécréances ; il n’est pas permis de contracter ou de maintenir un mariage entre un homme kamite et une femme musulmane. Ni entre une femme kamite et un homme musulman. En cas de décès, n’est pas permis à un musulman de prier pour une personne appartenant à cette secte ou d’assister à ses funérailles pour prier pour lui. Il n’y a aucun héritage entre lui et ses proches musulmans. Tout musulman doit se méfier des appels et des idées malicieuses véhiculées par les kamites ; comme le prétendu retour aux traditions et valeurs des ancêtres et d’autres idées tendant à conduire la personne à nier les piliers de la foi en islam et à devenir mécréante », ajoutent-ils.

Néanmoins, selon les responsables de la Conférence Nationale des Ulémas, la porte de repentance reste ouverte pour les adeptes de cette secte infidèle afin de redevenir un bon musulman ; Allah dit : « ô mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez pas de la miséricorde d’Allah. Car Allah pardonne tous les péchés. Oui, c’est lui le pardonneur, le Très Miséricordieux ». Le prophète de l’islam (P.S.L) dit : « La repentance remplace ce qui l’a précédé ». « Que les bénédictions et la paix de Dieu soient sur notre Prophète Muhammad, sa famille et ses compagnons jusqu’au jour du jugement », ajoutent-ils.

Seydou DIALLO

Source : La Rédaction du Mali

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *