Gestion opaque des fonds Covid-19 en Commune IV : ces interrogations à tirer au clair par les autorités

à la une Actualités Au Mali économie Flash infos Infos en continus

La question relative à la gestion des fonds du Programme Gouvernemental de Transfert Monétaire d’Urgence (PGTMU) en réponse à la Pandémie de la Covid-19 continue de préoccuper les uns et les autres en Commune IV du District de Bamako, à cause de l’odeur de magouilles qui entoure ce dossier. La situation est telle que des citoyens épris de justice souhaitent aujourd’hui tiennent à bras-le-corps le dossier pour voir à quoi tout cela retourne !

En effet, les questions qui reviennent fréquemment sur les lèvres sont les suivantes : Est-ce que les fonds ont été gérés dans les règles de l’art ? Qu’en est-il des numéros d’Orange Money douteux sur la liste des bénéficiaires ? Les noms des proches de ceux qui étaient chargés de recenser les bénéficiaires répondaient-ils aux critères ? Qu’en est-il du cas des proches des agents de la Mairie de la Commune IV du District de Bamako sur la liste des bénéficiaires ?

Les uns et les autres tiennent à ce que les plus hautes autorités du pays les donnent des réponses claires et précises sur ces questions qui les coupent le sommeil, d’autant plus que plusieurs dossiers en lien avec les fonds Covid-19 font l’objet d’enquête des autorités compétentes. D’ores et déjà, dans le cadre de cette affaire, plusieurs personnes sont en prison. Des travailleurs ont été sommés de payer les sous illégalement perçus. Se reprochant des choses, certains ont mis à profit la flexibilité de leurs jambes pour fuir le pays où il n’y a plus de place pour les voleurs.

Il est important de retenir qu’en son temps, la pandémie de la Covid-19 qui avait paralysé le monde entier a eu des conséquences désastreuses sur le quotidien des communautés, toute chose qui a poussé les plus hautes autorités du pays à initier le Programme Gouvernemental de Transfert Monétaire d’Urgence (PGTMU), en réponse à la Pandémie de la Covid-19 en vue de soulager la souffrance des couches défavorisées.

Comme le ridicule ne tue plus au Mali, certains en charge de la gestion de ces fonds n’ont trouvé mieux que de se sucrer sur le dos des bénéficiaires, de surcroit des démunies. Quelle méchanceté ? C’est vraiment triste ! C’est ce qui fait que les autorités judiciaires tiennent à tirer au clair tous les dossiers en lien avec les fonds Covid. Ce qui est sûr et certain, c’est que des vampires impliqués dans cette affaire et qui n’ont pas eu la possibilité de prendre la tangente ne dorment plus que d’un œil.

Tel semble être le cas des suceurs de sang dont les mains ont été souillées dans la gestion des fonds du Programme Gouvernemental de Transfert Monétaire d’Urgence (PGTMU) en réponse à la Pandémie de la Covid-19 en Commune IV du District de Bamako. Sans conteste, ce n’est pas pour rien que les autorités en charge de la Transition en cours dans notre pays, qui tiennent à barrer la route aux mauvaises pratiques du passé, ont dissout le Conseil Communal qui avait à sa tête M. Adama Bérété. Si cette dissolution a été vivement appréciée par la population qui en pâtissait de la gestion désastreuse de ce Conseil Communal, celle-ci continue toujours de prendre son mal en patience, le Secrétaire Général, Aboubacar Bougoudogo, qui assure l’intérim, et son responsable de la Brigade Urbaine pour la Protection de l’Environnement (BUPE), M. Bakary Fané, étant cités dans plusieurs dossiers dont certains sont au niveau du Tribunal de la Commune IV du District de Bamako.

Il urge aujourd’hui que les autorités judicaires fouillent bien dans le dossier des fonds du Programme Gouvernemental de Transfert Monétaire d’Urgence (PGTMU) en réponse à la Pandémie de la Covid-19 en Commune IV du District de Bamako. Ce qui est sûr et certain, la découverte risque de faire froid au dos, car nombreux sont ceux qui estiment qu’il y a plusieurs zones d’ombres dans cette affaire qui préoccupe tant dans le milieu des couches défavorisées que celui des observateurs avertis.

Adama BERTHE

Source : La Rédaction du Mali

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *