Mali : Veille de la Tabaski : Les prix des légumes font grimer les dents

à la une Actualités Au Mali Flash infos Infos en continus Société

Dans le quartier Bozola en Commune II du District de Bamako, se déploie le marché animé du Wonida, où les étals débordent de légumes. Des femmes s’affairent autour de leurs stands, dans un nuage de poussière et de fumée noire émanant de pots d’échappement. Tandis que les Sotramas, ces minibus locaux, circulent régulièrement. Les légumes sont disposés à même le sol, attirant l’attention des passants.

Avec le coucher du soleil, des camions déchargent leurs cargaisons de sacs remplis d’aubergines africaines, de choux, de poivrons et de carottes, de piment et pleins d’autres légumes. Les apprentis tentent de captiver les clients potentiels, pendant que d’autres femmes marchandent bruyamment les prix des sacs de légumes. Quelques-unes se fraient un chemin à travers la foule, portant des assiettes chargées de légumes sur la tête.

Un homme, préférant rester anonyme, témoigne en déchargeant des sacs : « Je viens du Bélédougou, et je viens ici vendre mes produits. Mais cette année, avec les prix élevés des légumes, je crains pour les gens.»

L’inquiétude est palpable sur les visages des femmes, surtout à la veille de la fête de Tabaski. Awa Doumbia, portant un enfant au dos, se plaint : « Les marchandises pour la fête ne sont pas encore arrivées. Avant, je pouvais acheter un panier de tomates à 30.000 FCFA, mais maintenant je dois débourser 50.000 FCFA. En plus, il n’y a pas assez de clients», déplore-t-elle.

Les prix exorbitants entraînent la rareté des clients. Un grand panier de choux pourrit devant un jeune homme en sueur, imposant de vendre ses autres marchandises. «Ce panier est là depuis samedi et ce n’est pas fini, explique-t-il. Comment espérer une vente pour la fête si les prix sont si élevés ? Avant, j’achetais les paniers à 11.000 FCFA, mais maintenant je les achètes à 15.000 FCFA. Tout le monde se plaint».

Plus loin, trois femmes expriment leur désespoir : «Nous n’avons rien pu acheter. Les légumes sont trop chers. Si la situation ne change pas, je ne sais pas comment nous ferons pour la fête.»

Certaines vendeuses pensent que le problème réside dans le manque d’eau dans les champs de légumes. «Ils disent qu’il n’y a pas assez d’eau», affirme l’une d’elles, «ce qui explique la rareté et les prix élevés des légumes». Imaginez, le sac de poivrons était à 5.000 Fcfa, aujourd’hui il est vendu à 10.000 FCFA. Le sac de piments qui était à 5.000 Fcfa est maintenant cédé à 40.000 FCFA. Ce qui m’inquiète le plus, c’est le manque de clients. Ils sont tellement rares.»

Le marché du Wonida, autrefois animé et vibrant, est aujourd’hui le théâtre de préoccupations croissantes pour les vendeurs et les acheteurs. Les prix des légumes ont grimpé en flèche, rendant difficile l’accessibilité à ces produits essentiels pour de nombreux habitants. L’approche de la fête ajoute une pression supplémentaire, alors que les clients se font de plus en plus rares en raison des prix élevés.

Aminata DJIBO

Source : L’Essor

Last Updated on 07/06/2024 by Elalie Konaté

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *