Mali :  des chauffeurs formés à l’occasion de la journée nationale de la courtoisie sur la route

Le Mali, à travers l’Agence Nationale de la Sécurité Routière (ANASER), a lancé le 28 Mars 2024, la 13e édition de la Journée nationale de la Courtoisie sur la route. A cette occasion, l’ANASER a formé deux cent (200) chauffeurs sur l’importance de la Courtoisie sur la route et les gestes de premiers secours en cas d’accident. La cérémonie s’est déroulée à l’Agence pour la Sécurité et la Navigation Aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA)

La journée nationale de la courtoisie sur la route est l’une des initiatives du Gouvernement dans le cadre de la lutte contre l’insécurité routière. Elle vise à promouvoir les comportements courtois des usagers dans la circulation en vue de faire face à la recrudescence des accidents sur nos routes.

Présidé par M. Mama DJENEPO, Secrétaire général du Ministère des Transports et des Infrastructures, le lancement des activités de cette 13ème édition de la Journée nationale de la courtoisie sur la route fut l’occasion de rappel des éléments basiques en matière de courtoisie sur la route.  Le thème pour cette année est : ‘’La conduite automobile réclame un comportement responsable’’

Pour l’édition de cette année, plusieurs activités étaient au programme, notamment la session de sensibilisation et d’information organisée par l’ANASER à l’endroit de 200 chauffeurs professionnels nationaux en activité. Cette session a porté essentiellement sur les règles de la circulation routière et le nouveau Code la route.

Dans son discours d’ouverture des travaux, le représentant de la ministre, Mme DEMBELE Madina SISSOKO, a estimé que les usagers de la route ont le sentiment, largement partagé, que l’agressivité sur la voie publique, le plus souvent verbale et parfois physique, a pris des proportions alarmantes. Elle agace et déroute, dit-il, les observateurs car la route est un espace public qui devrait plutôt promouvoir les civilités et les humanités au regard de la communauté des risques.

Selon M. Mama Djénépo, il serait fastidieux de relever les faits d’incivilités accomplis sur la voie publique, pour la simple raison que la circulation routière reflète en ce moment nombre de défauts et vices que nous nous reprochons au quotidien. « L’énumération de ces faits ne saurait être exhaustive. Qu’à cela ne tienne, j’assume le devoir de dénonciation, en signalant vigoureusement, à titre indicatif, les faits suivant. », souligne-t-il.

Ainsi parmi les comportements non-courtois, le Secrétaire général du Ministère des Transports et des Infrastructures énumère, entre autres, les vociférations ; les injures ; les menaces et les intimidations, qui manifestent la colère des usagers ; les klaxons abusifs ; les propos déplacés et les gestes désobligeants, qui expriment l’arrogance. Il ajoute à ceci, les stationnements fréquents sur la chaussée ; le refus d’obtempérer aux injonctions des agents de la police routière ; l’utilisation abusive du plein-phare ; le non-respect des distances de sécurité ; le refus de priorité ; le mauvais dépassement ; les manœuvres ostentatoires dangereuses, qui indiquent l’incivisme etc….

« La détérioration des comportements sur la route éloigne l’usager de l’affabilité, de l’amabilité, de la civilité et de toutes les valeurs qui fondent une société harmonieuse et prospère. Elle interpelle la conscience collective sur l’impérieuse nécessité de se réformer. L’éducation civique et morale devrait nous permettre de renouer avec les valeurs fondamentales applicables tant dans la société globale que dans l’environnement de la route », a-t-il souligné.

La courtoisie, une vertu à développer !

Selon le directeur de l’Agence Nationale de la Sécurité Routière, Ousmane MAIGA, la courtoisie sur la route est une vertu à développer, car cela peut éviter beaucoup de dégâts. « Sous la tutelle du Ministère chargé des Transports, nous (ANASER) déployons sans cesse, en relation avec la police routière, les campagnes d’information et de sensibilisation, en vue d’instaurer une meilleure cohabitation entre les différents usagers : automobilistes ; conducteurs d’engins motorisés à deux roues ou trois roues ; piétons, en mettant un accent particulier sur les usagers vulnérables », dira-il. Toutefois, la sécurité routière étant l’affaire de toutes et de tous, le Directeur Générale de l’ANASER, estime aussi le concours plus ou moins actif de tous les citoyens est ardemment espéré.

De son côté, le 1er vice-président, du Conseil Malien des Transporteurs Routiers (CMTR), M. Aly Bocoum, ajoute que « la courtoisie sur la route doit nous amener à faire montre des valeurs dont regorge notre culture millénaire et qui contribueront à faire des routes des lieux où nous passerons des moments agréables de savoir-vivre et du vivre ensemble ».

Selon lui, l’institutionnalisation de cette journée interpelle tous les usagers de la route principalement ceux pour qui la route constitue le lieu privilégié de travail, de gagne-pain, à être plus responsable en se préoccupant davantage de la sécurité des autres, en évitant à tout prix les causes d’accident.

En plus de ces messages poignants, la protection civile a fait quelques démonstrations de gestes de premiers secours appelés de ‘’petits gestes, mais qui sauvent des vies’’.

Amadou Kodio/Afrikinfos-Mali

One Reply to “Mali :  des chauffeurs formés à l’occasion de la journée nationale de la courtoisie sur la route”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *