Révolution de mars 91 : 33 ans après, quel héritage pour la démocratie ?

Le Mali célèbre ce mardi 26 mars, le 33ème anniversaire de la révolution populaire qui a mis fin à la dictature du Général Moussa Traoré. Cette journée rappelle pour les victimes le sacrifice « de tous les Martyrs du 26 mars 1991 ». Elle est aussi l’occasion de faire l’état des lieux des perspectives et acquis de la démocratie.

Si pour certains témoins, cette date rappelle les atrocités et les mauvais souvenirs. Pour d’autres, sa célébration est un rappel du sacrifice de toutes les victimes de la répression du régime d’alors mais aussi un jour de prières et de paix.

«Cela me rappelle beaucoup de souvenirs, c’est aussi une occasion pour de nombreuses personnes de se remémorer les événements de mars 1991 », affirme ce témoin. Et celui-ci de rajouter « cette journée me rappelle surtout de mauvais souvenirs. Le 22 mars, c’était une pire journée. Pour sauver cette démocratie, moi je pense que tout le monde doit s’y mettre ».

Cet autre témoin place cette journée sous le « signe de la paix ».

Une lutte qui a dévié de ses objectifs

L’Amicale des anciens militants et sympathisants de l’union nationale des élèves et étudiants du Mali AMS-UNEEM déplore une défaillance de la démocratie depuis son avènement à nos jours.

« Malheureusement, cette démocratie a changé et finalement, il y a eu beaucoup plus de tort que de bien », déplore le secrétaire exécutif de l’AMSUNEEM, Saloum Traoré. « Actuellement, nous pensons que malgré le fait qu’on ne soit pas sous un régime démocratique, on voit quand même que les préoccupations de la population sont prises en compte», affirme-t-il.

L’association pour la défense des victimes de la répression de 1991 (AVDR), a quant à elle, invité les autorités à enseigner les valeurs de la démocratie dans les écoles mais surtout de penser aux victimes de la révolution.

Pour son président Abdoulaye Dembélé leur « objectif n’a pas été atteint. Mais cela ne veut pas dire que la démocratie n’existe pas ». Il affirme qu’« il faut appeler les enfants, leur expliquer comment cette démocratie a été instaurée puis les orienter ». Il exhorte les autorités à penser au Mali et aux victimes

La commémoration de cette journée des martyrs a été marquée par le dépôt d’une gerbe de fleurs au pied du monument dédié aux martyrs de la révolution par le Président de la Transition, le Colonel Assimi GOÏTA. Selon le chef de l’Etat «le 26 mars est aussi une occasion pour se rappeler tous les dignes fils du pays qui se sont sacrifiés pour la défense de la patrie ».

Source : Studio Tamani

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *