Financement du terrorisme contre le Mali : Les non-dits de la libération des otages italiens enlevés à Koutiala en 2022

Le paiement au Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans (GSIM) de près de 9 milliards de FCFA, pour obtenir la libération des trois otages italiens, ne va-t-il pas donner des ailes à Iyad Ag Ghaly, au moment où s’ouvre à Bamako le dialogue inter-Maliens ?

La libération des trois otages italiens enlevés à Koutiala le 19 Mai 2022, était attendue hier dans l’après-midi, moyennant le paiement de rançon: la bagatelle de 13,5 millions d’euros.

Selon nos sources, des figures bien connues pour leur proximité avec des groupes armés opérant dans le nord et le centre maliens, comme Algabass Ag INTALLAH, Ahmada Ag BiBi et Khaled Ag MOHAMED (fils de Mohamed Ag INTALLAH), trois enfants terribles de Kidal, auraient négocié avec Iyad Ag GHALY, l’émir du Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans, la libération des trois otages italiens. L’opération aurait été rendue possible grâce à l’appui des autorités et services de renseignements italiens et d’un pays voisin du Mali proche du dossier.

Selon nos informations, la libération des  otages était attendue sur le sol algérien de Tinzaouatene le 27 février 2024 où se trouverait sur place Algabass Ag INTALLAH.

Cette situation de financement du terrorisme arrive à un moment où les terroristes sont dos au mur avec des difficultés financières importantes. Le paiement de rançon pourrait-il encore donner du souffle aux terroristes pour tenter de déstabiliser le Mali au moment où le pays du col. Assimi Goïta solidement armé, a pris le contrôle de Kidal, déchiré l’accord d’Alger et entamé un dialogue direct inter-Maliens?

Les trois ressortissants italiens d’une même famille, à savoir Rocco Langone, son épouse Maria Donata Caivano et son fils Giovanni Langone avaient été enlevés dans le sud du Mali (non loin de la frontière avec le Burkina Faso), le 19 mai 2022. La famille, appartenant au mouvement religieux des Témoins de Jehovah et qui vivait dans le pays depuis plusieurs années, avait été enlevée par des hommes armés du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (Jnim).

B.Daou

Source : Le Républicain