Niger : la levée, avec effet immédiat, des sanctions de la CEDEAO

La Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est réunie en session extraordinaire le 24 février 2024 à Abuja, au Nigeria, sous la présidence de S.E. Bola AhmedTINUBU, Président de la République fédérale du Nigeria et Président en exercice de la Conférence. A l’issue de la rencontre, les Chefs d’Etat et de Gouvernement ont décidé de la levée, avec effet immédiat, des sanctions qui avaient été imposées à la République du Niger.

Dans le Communiqué final du sommet,  l’on note que la Conférence a réitéré son engagement à maintenir le dialogue avec le gouvernement du Niger dans l’objectif d’obtenir la libération du Président Bazoum et de convenir d’un chronogramme de transition. Elle prend également note de l’appel lancé aux dirigeants de la région par Son Excellence le Général Yakubu Gowon, ancien Chef de l’Etat en République fédérale du Nigeria et père fondateur de la CEDEAO, ainsi que des requêtes formulées par la Fondation Malehossou au Bénin et par plusieurs autres personnalités et organisations humanitaires, concernant la situation au Niger.

 « Au titre des sanctions,  la Conférence décide de la levée, avec effet immédiat, des sanctions suivantes qui avaient été imposées à la République du Niger : la fermeture des frontières terrestres et aériennes entre les pays de la CEDEAO et le Niger; l’institution d’une zone d’exclusion aérienne de la CEDEAO sur tous les vols commerciaux à destination et en provenance du Niger; la suspension de toutes les transactions commerciales et financières entre les États membres de la CEDEAO et le Niger ; le gel de toutes les transactions de services, y compris les services publics et l’électricité vers la République du Niger ; le gel des avoirs de la République du Niger auprès des banques centrales de la CEDEAO; le gel des avoirs de l’État nigérien, ainsi que des entreprises publiques et parapubliques du pays auprès des banques commerciales; la suspension du Niger de toute assistance financière et de toute transaction avec toutes les institutions financières, notamment la BIDC et la BOAD; l’interdiction de voyager pour les représentants du gouvernement et les membres de leur famille », peut-on lire dans le communiqué.

Ousmane BALLO / Afrikinfos-Mali