La CEDEAO invite le Niger, le Mali et le Burkina à reconsidérer leur décision de sortie

“Nous ne sommes pas l’ennemi”, a déclaré le dirigeant nigérian qui assure la présidence de l’organisation régionale, lors du sommet extraordinaire à Abuja.

Bola Tinubu a appelé à réexaminer l’”approche actuelle de la recherche de l’ordre constitutionnel dans quatre de nos États membres”, notamment le Mali, la Guinée, le Burkina Faso et le Niger.

“La complexité des enjeux nécessite une approche globale et collaborative”, a souligné le chef d’État nigérian.

Il a exhorté à “engager un dialogue constructif” et à “travailler collectivement pour trouver des solutions pour favoriser la paix, la sécurité et la stabilité politique” dans la région.

La CEDEAO a annoncé ce samedi la levée “avec effet immédiat” de certaines des sanctions imposées au Niger. Les frontières et l’espace aérien seront notamment rouverts.

Plus tôt en février, le ministre burkinabè en charge de l’Économie a estimé que la CEDEAO allait perdre au moins 45 milliards de FCFA par an avec le départ groupé du Burkina Faso, du Mali et du Niger.

Source: fr.sputniknews.africa