Retrait de l’AES de la CEDEAO : Les opérateurs économiques maliens partagés entre scepticisme et patriotisme

De nombreux experts ont reconnu que la décision du Burkina, du Mali et du Niger de se retirer de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) va beaucoup peser sur la confiance des entreprises, notamment en termes d’investissement. Ce qui est une potentielle entrave à la croissance économique de ces Etats et de la sous-région. Pour le mettre en confiance, le Premier ministre a rencontré le secteur privé malien mercredi dernier (31 janvier 2024) au CICB. Mais, on a plutôt senti des opérateurs économiques partagés entre scepticisme et patriotisme.

Réunions de la Cédéao en l’absence du Burkina, du Mali et du Niger ; menaces sans raisons ; sanctions injustes et inefficaces ; embargo injuste, illégal et illégitime imposé au peuple nigérien… Autant de raisons qui ont fini par semer «un sérieux doute sur son autonomie d’action vis-à-vis de puissances étrangères», a expliqué aux opérateurs économiques maliens Dr Choguel Kokalla Maïga lors de leur rencontre mercredi dernier (31 janvier 2024) au CICB. Il s’est appesanti sur «une accumulation d’actes inamicaux» ayant rendu «inévitable le retrait des États qui subissaient au quotidien l’injustice, l’acharnement et l’hostilité d’une organisation à l’avènement de laquelle ils ont contribué».

Le chef du gouvernement a assuré ses interlocuteurs que ce retrait est «une décision mûrement réfléchie et prise en toute responsabilité…». Elle marque la méfiance vis-à-vis d’une organisation qui s’est progressivement éloignée «des idéaux» de ses pères fondateurs et du «panafricanisme» qui est dans l’ADN politique du Mali. Selon Choguel, ce retrait va permettre aux trois pays de définir des politiques commerciales «optimales et plus avantageuses», d’avoir la liberté de décision au plan politique et économique, de nouer et signer des accords bilatéraux et multilatéraux. Il a profité de l’occasion pour appeler les Etats de l’AES à «mutualiser leurs intelligences et leurs ressources».

Quid de l’inquiétude perceptible chez les opérateurs économiques maliens voire de l’AES ! «Toutes les grandes nations se sont construites dans la douleur. Nous sommes à cette étape et nous gagnerons cette bataille de souveraineté avec l’engagement de toutes et de tous», a déclaré Dr Choguel Kokalla Maïga en exhortant Maliens, Nigériens et Burkinabé à rester confiants et sereins. Il a rappelé que, pour minimiser d’éventuels impacts négatifs de cette décision politique, le Conseil des ministres extraordinaire du 29 janvier 2024 a décidé de la mise en place d’un comité de pilotage de haut niveau afin d’exploiter cette décision comme «une opportunité de développement, de plus de croissance économique, de paix, de stabilité et de réaffirmation de la souveraineté».

Et cela d’autant plus que l’AES comptait plus de 70 millions d’habitants en 2022 et son poids économique est important avec des échanges conséquents entre les trois États qui restent membres de l’Union économique et monétaire des Etats de l’Afrique de l’ouest (UEMOA). A ce titre, ils bénéficient de la liberté de circulation au sein de cette organisation et de l’accès à la mer. Un accès aussi possible du côté de la République de Guinée et de la République islamique de la Mauritanie. Le Chef du gouvernement n’a pas manqué de rappeler et de saluer la «contribution exceptionnelle» des opérateurs économiques qui n’ont ménagé aucun effort pendant l’embargo subi par le Mali.

«Si notre pays a pu tenir, c’est grâce à vous. Si notre pays continue à être résilient, c’est aussi grâce au dynamisme et à l’engagement de son secteur privé», a-t-il reconnu. Le Premier ministre n’a pas caché sa conviction que la réussite de la décision du gouvernement dépend du secteur privé.  Il l’a donc encouragé à agir sans hésitation ni tergiversations et à ne rien craindre. A-t-il réussi à balayer les craintes du secteur privé par rapport à cette décision qui n’est pas opportune pour tout le monde ? Ce n’est pas évident. Les présidents du Conseil national du patronat malien (CNPM) et de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali CCIM, respectivement MM. Mossadeck Bally et Mandjou Simpara, ont confié à la presse qu’ils prennent acte de la décision de retrait du Burkina Faso, du Mali et du Niger de la Cédéao. Ils prévoient à l’interne des rencontres pour évaluer avec sérénité les conséquences de ce retrait afin de formuler des propositions au gouvernement. Ils se sont ainsi engagés à consulter toutes les parties prenantes pour mieux évaluer la situation.

Mais, à bien écouter le PM, la décision gouvernementale est «déjà prise». Ce n’est pas sans doute les réserves des opérateurs économiques, partagés entre scepticisme et patriotisme, qui vont le contraindre à y renoncer.

Hamady Tamba

Source : Le Matin

One Reply to “Retrait de l’AES de la CEDEAO : Les opérateurs économiques maliens partagés entre scepticisme et patriotisme”

  1. Thanks for your suggestions. One thing I’ve noticed is banks plus financial institutions understand the spending behavior of consumers plus understand that the majority of people max away their credit cards around the vacations. They prudently take advantage of this fact and commence flooding the inbox and snail-mail box having hundreds of no-interest APR card offers shortly when the holiday season finishes. Knowing that in case you are like 98 of all American community, you’ll hop at the possiblity to consolidate card debt and switch balances to 0 apr interest rates credit cards.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *