Mali : les acteurs du secteur de l’assainissement en conclave pour accélérer l’adoption de la PNA

Le 29 janvier 2024, la Coalition Nationale-Campagne Internationale pour Eau, hygiène et assainissement (CN-CIEPA/WASH) a organisé une rencontre de dialogue entre les acteurs clés sur la nécessité de finaliser l’adoption de la politique Nationale de l’assainissement (PNA). C’était au Conseil National du Patronat du Mali.

Au Mali, le processus de relecture de la PNA, entamé en 2017, n’est toujours pas effectif. Une situation qui constitue, pour les acteurs et partenaires du secteur eau, hygiène et assainissement (WASH), une sorte d’entrave de nature à compromettre la volonté politique affichée pour l’atteinte de l’Objectif de Développement Durable (ODD6) d’ici à 2030, qui vise à garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau.

Conformément à ses engagements, le Mali reconnait dans la nouvelle constitution tant dans son préambule, ainsi que dans ses articles 10 et 25, l’eau et l’assainissement comme étant des droits humains fondamentaux.

Cependant, malgré les multiples engagements, le processus de relecture de la PNA en cours reste toujours timide. Toute chose qui suscite une inquiète des acteurs de la société civile. Fort de cela, la CN-CIEPA/WASH, en tant que leader de la société civile pour le secteur, continue de mobiliser les différents acteurs autour de la problématique.

Selon le directeur exécutif de la CN-CIEPA, M. Boureïma Tabalaba, des actions de plaidoyer s’imposent si le Mali entend répondre positivement au rendez-vous de 2030. « C’est dans cette dynamique que s’inscrit la conception de la présente note de plaidoyer visant la validation politique de la PNA et ses quatre programmes nationaux. Comme vous le savez, depuis quelques années, la relecture de la politique Nationale de l’Assainissement est en cours et aujourd’hui beaucoup d’années sont passées et si on veut réellement atteindre les objectifs, il faut redoubler la cadence. D’où cette rencontre avec les acteurs impliqués afin que le document puisse être validé », a-t-il déclaré.

Pour lui, la PNA sert de document de plaidoyer au niveau financier, mais sert aussi de document technique pour le secteur.

Pour cette séance de travail, plusieurs acteurs se sont retrouvés aux côtés de la CN-CIEPA, notamment la direction Nationale de l’Assainissement ; le laboratoire national des eaux ; la direction générale de la santé ; la Direction Nationale l’Hydraulique ; les collectivités territoriales etc….

Amadou Kodio/Afrikinfos-Mali

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *