Réalisation d’une usine d’eau potable à Bamako : Le français Feljas & Masson, recruté pour les travaux

La ville de Bamako sera bientôt dotée d’une nouvelle usine d’eau potable. Le contrat vient d’être confié à la société française Feljas & Masson, spécialisée dans la conception, la réalisation et la maintenance de systèmes dédiés au marché de l’eau.

Pour améliorer la desserte en eau potable à Bamako, la capitale malienne, le gouvernement mise notamment sur une nouvelle station de potabilisation. L’usine, qui devrait être implantée à Djikoroni Para, sera réalisée par Feljas & Masson. L’entreprise basée à Carcassonne, en France, a été désignée récemment par la Société malienne de patrimoine de l’eau potable (Somapep).

Le spécialiste des projets de conception, de réalisation et de maintenance de systèmes dédiés au marché de l’eau construira donc la nouvelle usine d’eau potable de Bamako, qui devrait permettre d’augmenter la capacité nominale de production de la rive gauche de la plus grande ville du Mali, avec une population estimée à plus de 2,9 millions de personnes en 2023.

Le traitement de l’eau potable par injection de charbon actif

La future installation, dont les travaux démarreront prochainement, affichera une capacité journalière de 60 000 m3.

Le système de traitement qui sera utilisé dans la nouvelle station de potabilisation de Bamako est le traitement par injection de charbon actif. Le système qui a été retenu pour réaliser ce traitement est le système conçu par Sodimate, sous forme de skid clés en main. Le fournisseur français d’équipements destinés au traitement des eaux et fumées, fournira donc « deux skids de préparation et d’injection de chaux vive et de charbon actif, ainsi que deux centrales de préparation de polymère » sur le site du projet à Djikoroni Para.

« Le système d’injection de charbon actif par hydro-éjecteur de Sodimate est destiné à mélanger un pulvérulent et un fluide. Le mélange du fluide moteur et du fluide aspiré pénètre dans une deuxième tuyère où la vitesse est transformée en pression pour atteindre la pression de refoulement », indique Sodimate.

De plus, les hydro-éjecteurs seraient des systèmes sans aucune pièce en mouvement ce qui leurs confèrent  pérennité et entretien réduit. Le système d’injection de charbon actif de Sodimate é été approuvé à la suite d’une visite d’inspection de  Feljas & Masson et de la Somapep dans les locaux  de l’entreprise en région Île-de -France. Quant à la date de démarrage des travaux sur le site du projet d’eau potable à Djikoroni Para, elle reste à préciser.

Mariam Konaré

Source : Nouveau Réveil

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *