La réciprocité aux dépens de soi-même

On est tenté d’en déduire finalement un effet boomerang des options souverainistes en vertu desquelles le Mali s’est éloignée de la France, en dépit de nos liens séculaires. Il s’agit du douloureux épisode qui défraie la chronique depuis une semaine, avec l’expulsion sans ménagement de Maliens résidant en France par leur pays d’origine. On parle d’une vingtaine environ de compatriotes obligés par la sécurité aéroportuaire de Senou à rebrousser chemin. En cause, le malheur de détenir les nationalités de deux pays qui entretiennent un régime de sans – visa, consécutivement au retrait des forces françaises du Mali et à la crise diplomatique subséquente. Il ressort en effet de nos recoupements que lesdits voyageurs, détenteurs de la double nationalité, ont tout simplement surestimé l’esprit de discernement des autorités maliennes en empruntant la destination Bamako sans les précautions exigibles de n’importe quel citoyen français. Or avec leur passeport du pays d’accueil, la partie malienne a visiblement choisi de ne considérer que leur identité française et de les traiter sans discernement comme des citoyens inadmissibles dans leur propre bercail. Il ne leur est peut-être pas irréprochable d’avoir accordé la préférence aux documents administratifs d’un pays détesté par leur pays d’origine, mais la sanction paraît d’autant triviale et excessive que la diaspora malienne – dont la participation à l’économie nationale dépasse l’aide publique au développement – souffre probablement plus de la réciprocité au bercail qu’au pays d’adoption. Et dire que les binationaux se comptent également parmi les joueurs maliens à la CAN.

Source : Le Témoin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *