Occupation illégale du chemin de fer : Des déguerpissements attendus !

Depuis des années, l’emprise du chemin de fer est occupée illégalement par des constructions sans un risque de poursuite. Tout cela doit finir à présent, selon Madina Sissoko, ministre des Transports et des Infrastructures. Cette dernière a annoncé des démolitions avec le démarrage de certains chantiers gigantesques. La ministre était l’invitée de l’émission «Mali kura taasira 2», diffusée sur l’Ortm. Elle a souligné les énormes difficultés dans la mise en œuvre des chantiers, notamment la mobilisation des ressources en vue de réaliser les projets coûteux, la libération de l’emprise des voies, le déplacement des concessionnaires (Malitel, Orange, Somagep, Somapep.. .) qui disposent des réseaux au niveau de l’emprise des voies.

Selon Madina Sissoko, il faut de grandes voies et pour cela, il y aura des démolitions qui toucheront des particuliers. La ministre des Transports et des Infrastructures a évoqué les réalisations majeures de son département dont la relance du trafic ferroviaire entre Bamako Kayes, le 23 juillet passé. Elle a estimé que la reprise du train attendue par ses compatriotes, notamment de la région de Kayes permettra à coup sûr de booster l’économie régionale.

Madina Sissoko a également précisé que son département avait déjà un plan d’urgence qui a permis la réhabilitation des différentes gares entre Bamako et Kayes, ainsi que la réhabilitation des ponts de Mahina, Galougou et celui de Toukoto. « Nous avons eu à réparer les deux locomotives, les fourgons voyageurs et les générateurs », a-t-elle déclaré, avant de déplorer une voie ferrée vieillissante et un train qui date des temps coloniaux. « Le train voyageur a fait le 24 novembre dernier un déraillement à 9 km de Mahina à cause d’un rail cassé. Parce qu’on a traité les points critiques, mais toute la voie n’a pas été rénovée. Notre principale porte de transit est le Sénégal. Nous n’avons réhabilité qu’entre Bamako à Kayes. Pour aller jusqu’au Sénégal, il va falloir que la partie sénégalaise réhabilite son tronçon pour faire une interconnexion », a-t-elle expliqué.

Elle a annoncé qu’il y a eu des négociations en Russie pour la réalisation d’une voie lucide et l’acquisition de locomotives pour une nouvelle voie standard. La cheffe du département des Transports et des Infrastructures affirmera aussi que le trafic ferroviaire n’a pas repris parce qu’une locomotive a été endommagée, mais aussi parce que la réparation de la voie est en cours. Madina Sissoko a fait savoir qu’il y a eu la création d’une plateforme numérique qui va permettre de faciliter les traitements, la transmission de toutes les données reçues dans le cadre de la production des documents de transport.

S’agissant de l’année 2024, il y a des projets structurants et innovants dans le secteur des transports. Il s’agit du permis biométrique, la digitalisation des cartes délivrées aux compagnies de transports pour éviter les fraudes. Pour la navigation fluviale qui est saisonnière sur le fleuve Niger de Koulikoro à Gao, Madina Sissoko a indiqué que l’événement tragique du 7 septembre dernier a interrompu le trafic. Ce jour-là, le bateau Tombouctou a été attaqué par les ennemis de la paix faisant des victimes.

Concernant le transport urbain, il a été contracté avec le ministère russe en charge des Transports, la réalisation de deux lignes de tramway de Sanankoroba à Kati pour une première ligne, et de Ouezzindougou jusqu’à Moribabougou pour la deuxième ligne. Au niveau du transport aérien, la ministre a expliqué que le grand projet concerne la création d’une compagnie nationale. Le Mali a beaucoup d’Aéroports, et on doit mettre l’accent sur les vols domestiques et ensuite sous régionaux. « Nous avons ciblé des Avions de Transport régional (ATR) qui semblent être économiques pour les vols domestiques et sous régionaux », a révélé la ministre.

Elle a demandé à la population de libérer la zone aéroportuaire en vue de la réalisation d’un projet d’extension. Dans le domaine des infrastructures routières, la ministre a expliqué que son département a également pour mission d’assurer le désenclavement. Ainsi a été réalisé le tronçon Tour d’Afrique -Yirimadio avec le viaduc, et son interconnexion au troisième pont de Bamako, la voirie urbaine de Sikasso et celle de la route Katilé-Kadiolo-Zégoua. Il y a aussi le bitumage de certaines voies menant à des quartiers rajoutés à Bamako, ainsi que le vaste programme de réhabilitation du réseau routier existant dont les travaux sont en cours d’exécution.

N.D

Source : L’Alerte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *