Le Mali pourrait bientôt reconnaître la marocanité du Sahara, selon un ex-ministre mauritanien

à la une Actualités Au Mali Flash infos Infos en continus Politique

La reconnaissance par le Mali de la marocanité du Sahara est-elle imminente ? En pleine crise diplomatique inédite avec Alger, Bamako pourrait prochainement retirer, de manière officielle, sa reconnaissance de la prétendue « RASD » et soutenir l’intégrité territoriale du Royaume. 

Les récentes déclarations de l’ancien ministre mauritanien des Affaires étrangères Ahmedou Ould Abdallah, lors d’une interview avec Radio France Internationale (RFI), corroborent parfaitement la thèse d’une potentielle reconnaissance par l’Etat malien de la souveraineté du Maroc sur son Sahara.

Selon lui, la plupart des officiels maliens qu’il connaît « souhaitent que ce dossier du Sahara soit clos avec une reconnaissance, sinon de la marocanité du Sahara, du moins pas d’activités qui la met en cause ».

« Donc, oui, je pense que cette reconnaissance de la marocanité du Sahara n’est pas à exclure », soutient-il, rappelant dans le même sillage le désir exprimé par l’ancien président malien Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) après son élection en 2013 de « reconnaître la marocanité du Sahara, mais qu’il ne voulait pas, en période de tensions, offenser ou se mettre à dos Alger ».

Evoquant la question de la lutte contre le terrorisme, l’ex-numéro 1 de la diplomatie mauritanienne s’est remémoré les propos d’IBK qui se félicitait que « dès la montée violente du terrorisme, le Maroc a créé un institut pour former les imams, pour encourager l’islam pacifique et modéré, ce que beaucoup de Maliens, et pas seulement des Maliens, mais des gens de la région, ont apprécié ».

Les Maliens pensent, selon lui, que « le terrorisme venait au contraire d’autres parties du Maghreb en passant par le Sahara, qui effectivement est difficile à contrôler« .

Il va son dire, également, que « le poids de l’histoire des relations humaines fait qu’il y a une grande sympathie pour les positions du Maroc, que les Maliens ont toujours connu à travers les caravanes qui partaient du Maroc vers le Mali, en particulier Gao, Tombouctou, bien avant la présence européenne, la colonisation, et les échanges non seulement d’or, de sel, et les routes des pèlerinages, tout passait par le Maroc à travers le Sahara« .

Vendredi dernier, l’ambassadeur du Mali en Algérie a été rappelé pour consultation à Bamako par « principe de réciprocité ».

Deux jours auparavant, l’ambassadeur d’Algérie à Bamako avait été convoqué par le ministère malien des Affaires étrangères pour des « actes inamicaux » et « une ingérence » d’Alger dans « les affaires intérieures » du Mali, selon la diplomatie malienne.

Il lui est notamment reproché des réunions avec des séparatistes touareg sans associer les autorités maliennes. Cette convocation est également arrivée après la réception à Alger mardi par le président Abdelmadjid Tebboune de l’imam Mahmoud Dicko.

Source : H24info

Last Updated on 30/12/2023 by Ousmane BALLO