En pleine crise régionale, sommet des chefs d’Etat ouest-africains

Les dirigeants de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) doivent se réunir en sommet dimanche à Abuja, la capitale nigériane, alors que la région est secouée par des coups d’Etat et deux récentes tentatives. Le président de la Commission de la Cedeao, le Gambien Omar Alieu Touray, a donné le ton des futures discussions lors de la rencontre ministérielle entre les membres, mercredi, en amont du sommet annuel de l’organisation ouest-africaine.

Selon lui, l’Afrique de l’Ouest est confrontée à de multiples défis de “sécurité et de gouvernance” liés au “terrorisme”, aux “conflits intercommunautaires et armés”, à “la criminalité organisée transnationale” et aux “situations umanitaires désastreuses”, faisant craindre d’autres coups d’Etat dans la région.

En août, les membres de la Cedeao s’étaient réunis de manière exceptionnelle après le coup d’Etat militaire au Niger qui a renversé le président élu Mohamed Bazoum, le 26 juillet. Depuis cette date, le pays sahélien est dirigé par un régime militaire mené par le général Abdourahamane Tiani.

La Cedeao avait imposé de lourdes sanctions économiques et financières au Niger et menacé d’intervenir militairement pour rétablir l’ordre constitutionnel, ce qu’elle n’a finalement pas fait.

– Pas représentés à Abuja –

Le 3 décembre, le Nigeria avait demandé aux militaires au pouvoir à Niamey de libérer le président déchu et de lui permettre de se rendre “dans un pays tiers” avant de “parler de la levée des sanctions”. Mais Niamey avait promis que “rien de mal n’arrivera” à Mohamed Bazoum, écartant un “transfert vers un pays étranger”. Sur les quinze pays membres de la Cedeao, quatre sont dirigés par des militaires arrivés au pouvoir par des coups d’Etat depuis 2021: le Mali (2021), la Guinée (2021), le Burkina Faso (2022) et le Niger (2023). Ils ne seront pas représentés lors du sommet d’Abuja dimanche.

Selon l’organisation ouest-africaine, “1.503 attaques terroristes ont été enregistrées au Burkina Faso du 1er janvier au 22 octobre 2023, 1.044 au Mali et 376 au Niger depuis le coup d’État”, et “4,8 millions de personnes sont confrontées à l’insécurité alimentaire” au total dans ces différents pays.

Le Burkina Faso, le Mali et le Niger se sont regroupés au sein de l’Alliance des Etats du Sahel (AES) pour renforcer leur coopération.

Deux tentatives de coups d’Etat ont par ailleurs échoué en Sierra Leone et en Guinée-Bissau entre novembre et décembre 2023.

Les violences ont fait 21 morts fin novembre en Sierra Leone, dont 18 membres des services de sécurité et trois assaillants, selon des sources officielles.

Le président bissau-guinéen Umaro Sissoco Embalo a pour sa part dénoncé une “tentative de coup d’Etat” dans son pays, après des affrontements entre l’armée et des membres des forces de sécurité dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre.

Le chef de l’Etat a annoncé dans la foulée la dissolution du Parlement, accentuant la crise politique dans ce petit pays pauvre en proie à une instabilité chronique.

ks/fvl/cpy/def/jnd

Source : AFP

One Reply to “En pleine crise régionale, sommet des chefs d’Etat ouest-africains”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *