Sabalibougou : la mairie dénonce le comportement des habitants

Quartier populaire, Sabalibougou souffre beaucoup du problème de salubrité. La mairie de la Commune V dont relève le quartier dénonce le comportement de certains habitants qui n’accomplissent pas leur devoir civique.

Sabalibougou est un quartier où l’insalubrité semble avoir de beaux jours devant elle. Des rues jonchées d’ordures, des caniveaux obstrués par des déchets solides empêchant alors l’écoulement des eaux usées font que la population souffre le martyre. Pour situer les responsabilités, les habitants et la municipalité se rejettent la faute.

Pour certains habitants, la mairie ne réalise pas assez de projets pour assainir le quartier. Telle la réponse du berger à la bergère, le 3e adjoint au maire de la Commune V tient pour responsables certains habitants pour leur manque de civisme.

“Des citoyens refusent de payer le TDR (taxe pour le développement rural).  J’habite ce quartier depuis le 20 février 1969. Alors ce quartier est le mien. Nous ne pouvons pas obliger des chefs de famille à changer de comportement. Sinon j’ai fait de mon mieux”, dénonce Adama Konaté.

Pour ce maire chargé de l’assainissement dans la Commune, l’incivisme est une grosse entrave aux projets de développement. A l’en croire, la mairie a reçu un financement de 56 millions pour le pavage du quartier mais faute de bonne volonté au sein de la population qui refuse de ramasser des sachets plastiques, le projet peine à se réaliser.

Furieux, l’élu municipal ne voit pas l’horizon s’éclaircir aussitôt pour Sabalibougou. “Sabalibougou va longtemps rester comme ça. Ce quartier a refusé beaucoup de projets comme la construction d’un marché. En ce qui concerne la réalisation des caniveaux, ça reste compliqué dans la mesure où le quartier est mal loti”, a-t-il fait savoir ajoutant que la mairie a fait de son mieux avec la réalisation de plus 700 projets sur 1 500 prévus pour la Commune. “Je ne me reproche rien car j’ai beaucoup fait pour le quartier. Les preuves sont l’école et le centre de formation Yélé de Sabalibougou créé depuis 1992”, conclut le maire Konaté.

Korotoumou Konaté (Stagiaire)

Source : Mali Tribune

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *