Réunion des ministres des Affaires étrangères de l’AES : diop exprime les attentes de ses collègues aux experts

Du 27 au 28 novembre 2023, des experts maliens, burkinabè et nigériens ont travaillé à proposer aux ministres des Affaires étrangères de l’Alliance des États du Sahel (AES), une structure institutionnelle avec les différents organes à mettre en place et l’articulation entre ces organes, à travers des mécanismes de fonctionnement et d’articulation clairement établis.

Ainsi à la cérémonie d’ouverture de cette rencontre, le ministre malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop, a estimé qu’il s’agissait d’établir les bases pour faire de l’AES, cette Alliance que leurs populations attendent d’eux ; cette Alliance qui leur fera sentir et vivre des conditions améliorées, en œuvrant à la paix et la stabilité́ ainsi qu’au développement harmonieux de leurs États. « Nous attendons de vous des recommandations pour que le Burkina, le Mali et le Niger, liés par une histoire, une culture et des valeurs communes, mais surtout liés par une relation stratégique particulière, puissent parler d’une seule et même voix partout où cela sera nécessaire », a-t-il ajouté.

Le chef de la Diplomatie malienne a également rappelé : « Les attentes légitimes de nos populations sont importantes, elles sont nombreuses, nous avons une occasion, aujourd’hui, malgré les défis auxquels nous faisons face, une opportunité inédite d’apporter la solution appropriée et durable à la conjecture complexe. Je suis optimiste quant à la qualité́ de vos délibérations à venir et je note avec plaisir que vous avez fait le choix pertinent d’organiser vos travaux en groupes de travail thématiques, qui reflètent fidèlement les domaines que nous souhaitons couvrir durant la réunion ministérielle ».

Abdoulaye Diop a souligné qu’au cœur des délibérations des experts, se trouvait sans aucun doute la question essentielle de l’approche stratégique à adopter, notamment le choix entre une approche holistique englobant tous les domaines de coopérations possibles ou une Alliance axée sur des domaines prioritaires. « Ce préalable franchi, nous serons intéressés de connaître vos recommandations concernant la coordination de l’action diplomatique et politique, tout comme par vos propositions relatives à une intégration économique plus poussée afin de renforcer le développement de nos États », a-t-il précisé.

Le ministre malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale n’a pas omis de rappeler aux experts : « Nous sommes à un tournant décisif. Les décisions que nous prendrons au cours de ces travaux préparatoires jetteront les bases de l’Alliance des États du Sahel. Nous sommes ici en tant que représentants d’une vision partagée, celle d’une région forte, stable et prospère ».

Ismaël Traoré

Source : Ziré

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *