COP28 : les Émirats arabes unis et la Chine se mobilisent pour le climat

À propos de l’auteure : Xu Zhike, journaliste de CGTN Français et créatrice de contenu axé sur l’écologie et l’environnement sur les réseaux sociaux. En 2020, elle a fondé Coco Studio, qui s’engage à sensibiliser les internautes du monde entier aux enjeux environnementaux, à promouvoir des actions en faveur de l’environnement, et qui compte actuellement près de 2 millions d’abonnés sur les plateformes de réseaux sociaux à l’échelle mondiale.

Les EAU, pays hôte de la COP28, montrent l’exemple.

Les Émirats arabes unis disposent de vastes ressources en pétrole et en gaz, étant l’un des principaux producteurs et exportateurs mondiaux de pétrole. Malgré l’importance de l’industrie pétrolière dans leur économie nationale, les Émirats arabes unis n’ont pas hésité à prendre des mesures actives pour faire face aux changements climatiques.

En tant que premier pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord à adhérer à l’initiative « Net Zero by 2050 », les Émirats arabes unis se sont engagés à réduire les émissions de carbone de l’industrie des énergies traditionnelles telles que le pétrole et le gaz, tout en promouvant les énergies propres telles que l’énergie solaire, l’énergie nucléaire et l’hydrogène. En juillet, le gouvernement du pays a mis à jour la « Stratégie énergétique des Émirats arabes unis 2050 » établie en 2017. Cette mise à jour prévoit une augmentation significative de la part des énergies renouvelables dans l’approvisionnement énergétique au cours des sept prochaines années, avec un investissement allant jusqu’à 200 milliards d’AED pour améliorer l’efficacité énergétique et promouvoir l’utilisation d’énergies propres. De plus, cela soutient la recherche et le développement de technologies énergétiques, offrant de nouvelles opportunités d’investissement dans les énergies renouvelables, tout en renforçant la coopération internationale pour atteindre des objectifs de développement durable dans le secteur de l’énergie. La stratégie nationale sur l’hydrogène et la politique nationale sur les véhicules électriques ont également été approuvées pour soutenir le développement d’une industrie locale à faible émission de carbone et d’un transport durable.

De plus, en raison des défis importants liés à la rareté des ressources en eau causée par les conditions naturelles et les changements climatiques, les Émirats arabes unis travaillent activement à améliorer la gestion de l’eau. Ils ont entrepris des projets majeurs de dessalement de l’eau de mer et de traitement des eaux usées. La ministre du Changement climatique et de l’Environnement des Émirats arabes unis, Mariam bint Mohammed Almheiri, a souligné lors de la Conférence des Nations Unies sur l’Eau 2023 que, en tant qu’hôtes de la COP28, les Émirats arabes unis feront de la sécurité et de la durabilité de l’eau un point central de l’ordre du jour de l’action climatique de la COP28.

La Chine prend des mesures actives pour faire face au changement climatique.

Comme les Émirats arabes unis, la Chine est l’un des pays les plus actifs dans la lutte contre le changement climatique. En tant que plus grand pays en développement au monde, la Chine a surmonté ses propres défis économiques et sociaux pour mettre en œuvre une série de stratégies, mesures et actions pour faire face au changement climatique, participer à la gouvernance climatique mondiale, et obtenir des résultats positifs.

En 2020, la Chine a annoncé l’objectif de « pic » de ses émissions de CO2 avant 2030 et de parvenir à la neutralité carbone d’ici 2060. Depuis 2021, la Chine met activement en œuvre l’Accord de Paris en renforçant davantage ses contributions nationales grâce à une série de mesures systémiques. En mettant l’accent sur les objectifs de « pic » et de neutralité carbone, la Chine favorise activement l’optimisation de la structure énergétique, et promeut la transformation vers une énergie renouvelable. Elle est le leader mondial dans la production d’équipements d’énergie propre tels que l’éolien et le solaire. Le gouvernement chinois encourage également la transition verte des moyens de transport en mettant en place une série de politiques incitatives pour promouvoir l’adoption de véhicules électriques. En 2022, la Chine a enregistré des ventes cumulatives de 6,887 millions de véhicules électriques, ce qui la place en tête du classement mondial.

De plus, la Chine mène activement d’importants projets de protection et de restauration des écosystèmes, notamment la lutte contre la désertification des terres, l’augmentation de la couverture forestière et la restauration des écosystèmes marins. Elle a été l’un des premiers pays au monde à atteindre une « croissance zéro » en matière de dégradation des sols, avec une réduction des terres désertiques et sablonneuses, et l’un des rares pays au monde à avoir augmenté la superficie des mangroves.

La Chine et les EAU ont un énorme potentiel de coopération.

La Chine et les Émirats arabes unis sont tous deux très engagés dans la lutte internationale contre le changement climatique, ce qui constitue l’une des préoccupations majeures des pays en développement. Ils soutiennent plusieurs accords internationaux sur le climat, y compris les Objectifs de développement durable (ODD) et l’Accord de Paris, et jouent des rôles essentiels dans les négociations climatiques internationales.

Au cours de la dernière décennie, grâce à la politique étrangère des Émirats arabes unis dite de « tourner vers l’Est » et à l’Initiative chinoise « la Ceinture et la Route », les deux pays ont lancé de nombreux projets de coopération, notamment dans le domaine des énergies fossiles. En 2017-2018, les entreprises chinoises ont obtenu 12 % des concessions dans le bloc pétrolier onshore d’Abou Dhabi et 10 % des concessions dans les deux blocs pétroliers offshore. Après une réunion entre les dirigeants des deux pays en 2019, ils ont renforcé leur coopération dans les domaines des énergies nouvelles et renouvelables et ont réalisé plusieurs avancées dans la coopération dans le cadre de l’Initiative « la Ceinture et la Route » ces dernières années. En mai 2023, Emirates Nuclear Energy Corporation (ENEC) a signé plusieurs accords de coopération avec des organisations chinoises de l’énergie nucléaire dans le but de promouvoir le développement de l’énergie nucléaire à faibles émissions de carbone.

Il existe encore de nombreux espaces et opportunités permettant aux Émirats arabes unis et à la Chine, deux parties clés dans la lutte contre le changement climatique, d’établir et de renforcer leur coopération afin de relever conjointement les défis. Dans le secteur de l’énergie, les deux pays ont réalisé d’importants progrès dans la transition des énergies traditionnelles vers les énergies renouvelables, et ils ont le potentiel de collaborer davantage dans des domaines tels que l’énergie solaire, éolienne et d’autres sources d’énergie renouvelable, l’énergie nucléaire et le développement des technologies propres, en particulier dans le secteur des véhicules électriques. En ce qui concerne la protection de l’environnement, ils peuvent échanger des connaissances et explorer la coopération dans la restauration des écosystèmes tels que les zones humides, les forêts et les prairies, ainsi que dans la protection de la biodiversité, afin d’améliorer la résilience écologique. Ils peuvent également collaborer sur des projets de planification urbaine durable et d’infrastructures vertes, y compris des transports à faible émission de carbone, des bâtiments économes en énergie et la végétalisation des villes pour améliorer la durabilité environnementale des zones urbaines. De plus, une coopération renforcée dans le partage de données météorologiques, la recherche en sciences climatiques, la surveillance et la prévision climatiques peut aider à mieux comprendre les tendances du changement climatique et à formuler des stratégies plus efficaces pour y faire face.

Enfin, la sensibilisation du public et l’éducation sur le climat sont essentielles, et une collaboration dans le domaine de la vulgarisation de la science climatique et des activités publiques peut augmenter la prise de conscience de la société sur les problèmes climatiques et renforcer les actions en faveur du climat. J’ai récemment achevé une mission de reportage aux Émirats arabes unis, au cours de laquelle je me suis profondément rendu compte qu’en raison des énormes différences dans les contextes culturels et les modèles de développement, il existe des lacunes en matière d’information et de compréhension entre les peuples des deux pays. Renforcer les échanges et la communication bilatéraux, notamment parmi les jeunes étudiants et les universitaires de haut niveau, ainsi que par le biais d’une plus grande coopération médiatique, favorisera la compréhension interculturelle et contribuera à rapprocher les peuples des deux pays et à faciliter la mise en œuvre efficace de toutes les formes de coopération climatique.

Les jeunes apporteront une nouvelle énergie à l’action contre le changement climatique.

En tant que défenseuse de l’environnement, je promeus et sensibilise les gens à un mode de vie durable sur Internet depuis de nombreuses années. J’ai discuté de questions environnementales d’actualité avec des internautes du monde entier et j’ai été profondément impressionnée par le rôle actif et le pouvoir des jeunes dans la lutte contre le changement climatique, y compris des initiatives telles que des campagnes spontanées de sensibilisation à l’environnement au sein de la communauté, des projets de sensibilisation à l’efficacité énergétique sur les campus, des programmes de formation axés sur un mode de vie à faible empreinte carbone, ainsi que des forums et des conférences internationales sur des questions environnementales.

Les jeunes constituent une force vive sur le terrain de l’action climatique et je souhaite que les jeunes des Émirats arabes unis et de Chine renforcent leur coopération et leur dialogue sur les questions liées au changement climatique en établissant un réseau d’action conjointe afin de promouvoir une connectivité plus fréquente dans divers domaines tels que les politiques, les infrastructures, le commerce, les financements, et l’engagement du public, et d’encourager la participation d’un plus grand nombre de jeunes de différents pays. Ensemble, ils pourront faire avancer le processus de lutte contre le changement climatique, déployer des efforts conjoints pour bâtir un monde propre, beau et à faible émission de carbone, apportant ainsi leur propre contribution.

(Photo : VCG)

Source : CGTN

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *