Événements de Moura : Les graves incohérences du rapport de l’ONU

à la une Actualités Au Mali Flash infos Infos en continus Politique

Le 12 mai dernier, le Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme a publié un rapport en accusant l’Armée malienne et le personnel militaire étranger d’avoir tué plus de 500 personnes à Moura (Région de Mopti) au cours d’une opération menée du 27 au 31 mars 2022.

Des accusations que le gouvernement a catégoriquement rejetées, dénonçant avec véhémence un rapport biaisé reposant sur un récit fictif et ne répondant pas aux normes internationales. Il a annoncé dans la foulée l’ouverture d’une enquête judiciaire contre la mission d’établissement des faits commise par l’Onu et ses complices pour espionnage, atteinte à la sûreté extérieure de l’état et complot militaire.

La plainte du gouvernement pour «espionnage et atteinte à la sureté extérieure de l’état» porte sur l’utilisation des satellites au-dessus de Moura par la mission d’établissement des faits pour obtenir des images. Le géographe N’dji dit Jacques Dembélé, enseignant chercheur à la Faculté d’histoire et géographie (FHG), met en doute l’exactitude des coordonnées géographiques publiées par les enquêteurs de l’Onu.

Le spécialiste affirme sans ambages qu’il y a une erreur de présentation des coordonnées géographiques du rapport du Haut-commissariat des Nations unies. «L’erreur vient du fait que le résultat de l’introduction de ces coordonnées dans le logiciel du Système d’information géographique (SIG) aboutit au Congo Brazzaville en Afrique centrale. La plupart des logiciels de cartographie utilisent les données latitude et longitude. Dans le rapport sur les événements de Moura, la longitude est mise avant la latitude alors que ça doit être le contraire», explique l’enseignant chercheur, précisant que le travail n’est pas celui d’un spécialiste.

En outre, l’expert des images radar soutient que les coordonnées n’ont pas été prises sur le terrain avec des GPS sinon il n’y aurait pas d’erreur entre le point voulu (Moura) et les coordonnées présentées dans le rapport. «La marge d’erreur des récepteurs GPS est très faible même avec le téléphone. Aujourd’hui, cette marge est autour de 0,50 et 1 mètre », fait-il savoir.

Par ailleurs, N’dji dit Jacques Dembélé fait remarquer que certaines images de ce rapport onusien de 41 pages sur les évènements de Moura sont de très hautes résolutions. « Dans ces images, on voit des bœufs, des personnes et un mouton », affirme-t-il, avant de s’interroger sur le type de satellite qui a pu faire ces images. Selon lui, elles ont été faites par des drones parce que les images satellitaires sont prises de façon verticale. Par exemple, explique-t-il, «quand on regarde un homme sur l’imagerie satellitaire, on ne voit que sa tête et ses épaules ». Dans le rapport, on voit des imageries obliques qui présentent le côté de l’objet contrairement aux images satellitaires.

En dehors des observations scientifiques, l’enseignant chercheur estime qu’on ne peut pas utiliser le conditionnel pour incriminer une armée nationale. « Le document doit être basé sur des faits vérifiés et vérifiables », explique-t-il.

PLAGIAT- Cet avis est partagé par le président de l’Association malienne des droits de l’Homme (AMDH). Me Moctar Mariko estime que le document du Haut-commissariat des Nations unies est un plagiat du rapport de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) que l’AMDH a contesté avec vigueur.

Notre interlocuteur condamne les enquêtes ciblées par les Nations unies et déplore l’absence d’une mission d’enquête sur le terrain pour rapporter les allégations contre les Forces armées maliennes (FAMa)

Selon lui, ce rapport du Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme est un document fictif à travers lequel la communauté internationale, sous l’égide de la France et son mentor américain, persiste dans sa volonté à peine déguisée d’instrumentaliser la question humanitaire pour déstabiliser le Mali.

Cela, en jetant le discrédit sur les autorités de la Transition qui, sous le leadership du colonel Assimi Goïta, ne cessent d’engranger des résultats satisfaisants dans la lutte contre la horde terroriste, dont le plus éclatant a été enregistré suite à l’intervention historique et souveraine de l’Armée malienne à Moura en mars 2022. Une intervention aéroterrestre qui a permis la neutralisation de plus de 200 terroristes dont plusieurs cadres âprement recherchés. Là où la France à travers la force Barkhane et ses 5.000 hommes ont lamentablement échoué pendant 9 ans de présence.

«Le gouvernement a parfaitement raison de dénoncer l’espionnage contre le Mali, dans la mesure où la métrologie utilisée par la commission d’établissement des faits du Haut-commissariat aux droits de l’Homme ne sied pas dans le cas d’espèce», indique Me Mariko. Pour l’avocat, il est tout simplement inconcevable de prendre des images dans un pays sans y être autorisé sous peine de se rendre coupable de fait d’espionnage.

« Vous ne pouvez pas venir chez les gens, prendre des images à leur insu et pouvoir les utiliser contre eux», s’insurge le président de l’AMDH qui trouve absolument incompréhensible que le rapport accuse l’Armée malienne d’avoir ouvert le feu sur la population de Moura, un jour de foire, et que les balles n’aient atteint que des Peuls. D’autant plus que le village de Moura est composé de plusieurs ethnies notamment de Bambaras, de Sonrhaïs, de Bozos …
«Les autorités de la Transition doivent tout faire pour mettre à nu ce rapport biaisé car rien n’a été fait contradictoirement et la souveraineté du Mali a été violée», insiste Me Mariko. «Pise, là où ça cloche également, c’est le fait que les témoignages contenus dans ce rapport sont les mêmes qui avaient été sortis par la FIDH bien avant, et que l’AMDH a vigoureusement contestés.

Une autre chose qui corrobore la thèse du chantage contre notre pays réside en la coïncidence entre la plainte du Mali contre la France devant le Conseil de sécurité pour soutien manifeste aux groupes terroristes et la mise en place de la commission d’établissement des faits de l’Onu», explique l’avocat.

Pour le président de l’AMDH, un argument supplémentaire qui soutient la thèse du chantage réside dans l’expulsion par le Mali du directeur de la division des droits de l’Homme de la Minusma, Guillaume Ngefa pour «activités subversives», en ce sens que c’est ce dernier qui est derrière la production de ce rapport accablant.

C’est pourquoi, il demande au gouvernement d’approfondir les enquêtes au niveau du village de Moura pour démontrer combien de personnes vivent dans cette localité, interroger les chefs de famille pour savoir ceux qui ont perdu des parents. Mais aussi pour recouper qui et qui ont disparu et quelle était leur activité réelle. Ce travail doit être fait avec l’implication des autorités et des chefs traditionnels de Moura, dit-il.

Enfin, Me Mariko invite les populations à la vigilance en restant soudées derrière les autorités de la Transition, en les aidant à dénoncer toute tentative d’instrumentalisation des droits de l’Homme qui ne vise qu’à déstabiliser notre pays.

Mohamed D. DIAWARA

Aboubacar TRAORÉ

Source : L’Essor

Last Updated on 18/05/2023 by Elalie Konaté