Financement  du terrorisme : la France sur la sellette

à la une Actualités Au Mali Flash infos Infos en continus Internationnal Politique

Le fait n’est pas nouveau : Des groupes terroristes opérant dans le Sahel bénéficient bel et bien de soutien de la France. Ce soutien multiforme se manifeste souvent  par le paiement de rançons aux preneurs d’otages affiliés aux groupes terroristes. Les derniers événements (libération des otages français Olivier Dubois et l’américain, Jeffrey Woodke) apportent une preuve supplémentaire de la connivence (complicité ?) entre la France et le JINM. À en croire certaines sources Paris aurait versé une rançon de 12 millions d’euros à 13 millions d’euros pour obtenir cette double libération. Alors question : La France devient-t-elle un État voyou et principal bailleur du terrorisme dans le sahel ?

Au sujet de ces libérations beaucoup de commentaires  circulent sur les tractations engagées  depuis Paris pour arriver à convaincre les ravisseurs de lâcher leurs otages. Pour certains, l’opération pilotée depuis Paris n’avait qu’un seul objectif : Offrir aux terroristes (plus précisément au JNIM de Iyad Aghaly) un joli pactole de plus de 10 millions d’euros  en vue de permettre à ce groupe  terroriste  d’acquérir armes et munitions. Ainsi selon plusieurs  sources de Niamey (Niger) à Kidal, les services français (avec l’aval de l’Elysée) auraient en effet mis à contribution plusieurs personnes dont le Président Bazoum et  Ahamada AG Bibi (responsable de la CMA). Mission pour ces deux hommes : S’impliquer dans les négociations pour obtenir la libération  des otages.  D’autres réseaux d’intermédiaires au Niger et au Nord du Mali ont été mis en branle…

 Des accusations contre la France

Il faut dire que ce n’est pas la première fois  que  des informations sont véhiculées sur le financement du terrorisme par les Autorités françaises. En effet, le paiement de rançons a toujours constitué une aubaine pour les terroristes. Combien de millions d’euros  la France a –elle payé aux groupes terroristes ces dernières années ? Nul ne sait.

Cependant la France a toujours été sur la sellette au Mali et dans le reste des pays du sahel lors des différentes prises d’otages. Ainsi l’une des affaires les plus retentissantes aura été la prise d’otage d’Arlit (Niger). Cette affaire avait défrayé la chronique dans la sous-région et même en France. A ce sujet le quotidien français Le Monde avait révélé qu’une somme de 20 à 25 millions d’euros avait été versée aux ravisseurs

 Championne du paiement des rançons

Plus accablant pour le pays de Macron, c’est cette enquête consacrée au business des otages publiée par le New York Times en  2014. Selon cette enquête la France serait championne du paiement des rançons à al-Qaida.  Depuis 2008 la somme versée par Paris à différents groupes terroristes en guise de rançons est estimée à  58 millions d’euros. Le gouvernement  français a toujours nié négocier avec les terroristes kidnappeurs, encore moins verser une quelconque rançon. Pourtant, Paris se classe devant  le Qatar, Oman, la Suisse et l’Espagne, selon les estimations du NYT. Dès lors les prises d’otages seraient devenues la principale source de financement des réseaux terroristes. Au total, Al-Qaida aurait amassé 93 millions d’euros en six ans, selon le Trésor américain. La valeur d’un otage était estimée en 2003 à 150 000 euros, elle a flambé, pour atteindre aujourd’hui plus de 7 millions.Des sommes qui permettent aux groupes de recruter, former, acheter des armes… « Enlever des otages est un butin facile », avoue ainsi Nasser al-Wuhayshi, leader d’Al-Qaida dans la péninsule arabique et cité par le journal américain, « c’est un marché juteux ». Sur les 53 otages enlevés depuis cinq ans par les différentes factions d’Al-Qaida, essentiellement au Maghreb islamique, un tiers était français. Un otage français vaut-il plus cher qu’un otage britannique ? Oui, et la raison est simple : Américains et Anglais refusent de payer, ils sont plus rarement ciblés.

Le recours massif aux enlèvements est devenu la principale source de financement. Et le comportement de  certains pays notamment, la France  favorise les enlèvements. : « C’est une politique à double-face. »

Paris vole au secours du JINM !

En ce qui concerne  cette dernière affaire, les Autorités maliennes, dès le début, ont affiché clairement leur opposition à toutes formes de chantage et surtout au  paiement d’une rançon. Cette position de principe de Bamako était aussi celle constamment adoptée par  l’ancien président feu Amadou Toumani Touré ce qui lui avait valu des accusations infondés à l’époque. Ces accusations ont  fini par être  mise en brèche par le temps.

Aujourd’hui la France de Macron vole ainsi au secours du JINM en lui versant un joli pactole d’euros. Ce soutien financier (ce n’est pas une première) intervient au moment où le JINM est en mauvaise posture sur le terrain face à Daech.

Le JINM est surtout en grande difficulté face aux opérations d’envergure des FAMA qui multiplie les frappes aériennes contre les bases et les positions du mouvement terroriste.

Le doute n’est guère permis : La France est aujourd’hui le principal bailleur des terroristes qui opèrent dans le Sahel.  Et le soutien français devient de plus en plus  manifeste mais il ne suscite  aucune réaction ni de l’ONU, ni d’autres  partenaires  qui observent  tous un silence de carpe.

Pourtant les Autorités maliennes avaient dénoncé cette duplicité et cette complicité françaises auprès des Nations unies, où une plainte malienne est sur la table du Conseil de sécurité. Mais Paris a tout mis en œuvre pour bloquer l’examen de cette plainte malienne. Et pour cause…

M Sanogo

Source : L’Aube

Last Updated on 27/03/2023 by Ousmane BALLO