Mali-Niger : La relation avec la France ne facilite pas la reprise des actions militaires conjointes

à la une Actualités Au Mali Flash infos Infos en continus Politique

Simple coïncidence ? En tout cas, le rapprochement entre les deux pays voisins ne sera pas simple au regard de l’état de la relation entre le Mali et la France dont les soldats sont basés au Niger. Selon le chercheur, le Mali et le Niger sont des pays frontaliers qui connaissent la présence des groupes radicaux violents notamment dans les parties frontalières. Dr Aly Tounkara rappelle qu’à la suite de la brouille diplomatique entre Bamako et Paris, Niamey a pris parti en faveur de la France.

D’où la suspension des actions militaires conjointes entre le Mali et le Niger depuis le départ concerté de la Force française Barkhane du territoire malien. D’après lui, cela a laissé un vide sécuritaire en termes de partage de renseignements et d’actions conjointes au niveau des deux Armées contre les groupes radicaux violents.

«La visite du chef d’état-major général des Armées nigériennes à Bamako, on peut l’inscrire dans l’hypothèse d’une reprise d’actions conjointes des deux Armées. Laquelle reprise est plus politique voire géopolitique que militaire», analyse le directeur du CE3S, soutenant que la visite du général Mody Salifou prouve à suffisance le besoin d’actions conjointes qui s’exprime aujourd’hui avec acuité dans les rangs de l’Armée nigérienne. «De plus en plus, des voix audibles au sein de l’Armée nigérienne demandent une reprise immédiate des opérations conjointes avec l’Armée malienne», indique Dr Tounkara.

Toutefois, le chercheur se demande quel sera le sort du contingent français avec cette reprise pour la simple raison que le Niger est l’une des bases pour l’Armée française dans le Sahel et celle-ci continue à mener des opérations conjointes avec l’Armée nigérienne. « La reprise d’opérations militaires ensemble est le souhait exprimé par le Niger», fait savoir le chercheur, qui explique que cette reprise serait très conditionnée, largement réfléchie et discutée entre les deux Armées notamment pour clarifier la position de la France.

«La reprise d’actions militaires arrange théoriquement les deux états dans la lutte contre la nébuleuse terroriste. Mais cette reprise n’est pas aussi simple qu’on le pense par le fait que la France est bien positionnée au Niger et mène des opérations conjointes avec l’Armée nigérienne y compris jusqu’aux frontières avec le Mali», analyse Dr Tounkara.

POSITION DE LA FRANCE- Parlant de la visite du chef d’état-major des Armées françaises au Niger au lendemain de celle de son homologue nigérien à Bamako, notre interlocuteur dégage deux lectures. Il se demande si ce n’est pas une façon pour l’Armée française de pouvoir intervenir au nom du Niger sur le territoire malien. Pour lui, cette hypothèse reste plausible au regard du regain d’intérêt que manifesterait la France vis-à-vis de certaines localités du Mali. La deuxième hypothèse qu’il évoque est que dans les couloirs, l’Armée nigérienne ne serait pas réellement en phase avec l’Armée française. Ainsi, elle chercherait à se soustraire de la France dans le cadre de la lutte contre les groupes radicaux violents à travers la reprise des actions militaires avec le Mali.

Dr Tounkara pense qu’il est difficile de dire à ce stade que les autorités nigériennes seraient dans une logique de revoir les termes de leur coopération militaire avec la France ou d’emboîter le pas au Mali et au Burkina Faso par une rupture. Selon lui, les éléments probants n’aident pas à comprendre cela même si l’opinion nigérienne serait clairement dans une telle dynamique. De même, au regard de certains bruits de couloir, on se rend compte qu’il y a des voix discordantes au sein de l’élite militaire nigérienne qui souhaiteraient mettre un terme à cette coopération militaire avec la France.

Pour Dr Tounkara, ces voix discordantes au sein de l’Armée sont étouffées par l’élite politique au pouvoir. Il précise à cet effet que le militaire évolue sous la coupe du politique. Et aujourd’hui, les présidents Bazoum du Niger et Macron de la France seraient en phase. Toutefois, il note que la présence française est loin de bénéficier de l’adhésion populaire des Nigériens.

Mieux, beaucoup d’activistes nigériens, d’organisations de la société civile, de personnalités y compris politiques sont de plus en plus réticents à cette présence militaire française. Le chercheur estime que dans la durée, la probabilité est forte que cette présence soit contestée et hypothéquée à tel point que l’élite politique au pouvoir finisse par répondre favorablement aux demandes exprimées par la société civile et par une partie de l’Armée nigérienne.

Dieudonné DIAMA

Source : L’Essor

Last Updated on 14/03/2023 by Elalie Konaté

1 thought on “Mali-Niger : La relation avec la France ne facilite pas la reprise des actions militaires conjointes

Comments are closed.