Choguel Maïga  à Al Jazeera: « Nous avons des preuves contre la France… »

à la une Actualités Au Mali Flash infos Infos en continus Politique

En marge du sommet des pays les moins avancés (PMA)  tenu le 7 mars 2023 à Doha (Qatar), le Premier ministre Choguel Maïga a accordé un entretien à la chaine Al Jazeera. Occasion pour le Chef du gouvernement  de s’exprimer  sur plusieurs sujets  de l’heure : les relations entre le Mali et la France,  les relations entre le Mali et d’autres pays  africains, la situation sécuritaire dans notre pays, la coopération entre le Mali et  la Russie, ainsi que les questions relatives à l’organisation du référendum.3 Sans langue de bois ,Choguel a dit ses vérités  notamment sur la complicité entre la France et certains groupes terroristes   qui opèrent au Mali. Voici un extrait de cet entretien !

S’agissant des relations entre la France et notre pays  qui ont été tendues ces dernières années, notamment en raison de la présence militaire française, le chef du gouvernement a indiqué que la France n’est pas rejetée par le Mali et que Bamako n’a pas renoncé à la coopération avec Paris. Cependant, il a clairement indiqué  que le Mali ne permettra pas à la France d’imposer sa volonté. Et le Premier ministre s’est expliqué sur certains faits qui ont caractérisé les relations entre les deux pays notamment la présence  de l’armée française  au Mali à partir de 2013. Il dira entre autres : « Nous avons fait une analyse objective de la situation de manière inclusive et objective et nous sommes arrivés à certaines conclusions : le terrorisme existait dans le nord du Mali lorsque le gouvernement malien a demandé l’aide de la France à ce moment-là.

Le président de la France, François Hollande, a décidé que l’armée française avait trois objectifs : vaincre le terrorisme, renforcer et regagner l’autorité du pays et appliquer la constitution. Dans un domaine, la France a demandé aux Maliens de ne pas interférer, ce qui a permis au terrorisme de s’étendre, et le terrorisme n’a pas été vaincu, le pays n’a pas retrouvé sa pleine autorité et les décisions de l’ONU n’ont pas été appliquées. De plus, nous avons des informations précises et des preuves que certains terroristes étaient en contact avec la France, et nous avons examiné diverses régions du monde et ce qu’on appelle la communauté internationale, et nous n’avons pas vu la paix et la sécurité dans de nombreux endroits.

J’ai mentionné l’exemple de l’Afghanistan et comment, 20 ans plus tard, les forces étrangères ont quitté le pays. Les Français ont dit qu’ils partiraient donc on les laisse partir, et on veut choisir un partenaire sur lequel on puisse compter, qui ne fasse pas de chantage. »

 Les attentes du Mali vis-à-vis des pays africains au regard de la situation économique et sécuritaire ?   Choguel Maïga : « : De nombreux dirigeants africains comprennent bien la position du Mali. Nous nous dirigeons vers ce que le peuple veut, c’est-à-dire lutter contre le terrorisme, parvenir à la sécurité et à la stabilité et maintenir le système constitutionnel. Tout cela se passe sous la pression des organisations… je crois qu’il y a une proximité dans les points de vue ». 

A propos de la situation sécuritaire, le Premier ministre  a indiqué  qu’il y a deux ou trois ans, la situation était beaucoup plus grave et il y avait beaucoup d’affrontements. Mais maintenant, notre armée a pris les choses en main. « Ce qui a changé, c’est la direction, nous avons maintenant un nouveau président du pays qui a une vision claire, et la priorité absolue est d’assurer la sécurité – puis la sécurité alimentaire et la fourniture de services de santé, après cela la transition vers des organisations constitutionnelles et non l’inverse. Nous avons fait beaucoup de réformes. Nous avons organisé des élections pendant 30 ans, mais nous n’avons pas obtenu de résultat. Nous avons des pays en Asie comme l’Afghanistan, qui ont duré 20 ans avec des forces étrangères, puis ils se sont retirés. C’est pourquoi il faut laisser le peuple résoudre lui-même ses problèmes. »

 La coopération avec la Russie ? Choguel Maïga, a déclaré que la Russie est un partenaire fiable pour notre pays. «  La Russie est le partenaire, cela se sait, mais ce n’est pas le seul partenaire. Nous disons que nous sommes en partenariat avec tout le monde. Premièrement, nous exigeons le respect de notre autorité – aucun ordre ne doit nous être imposé. Deuxièmement, c’est le libre choix du Mali et nous devrions nous demander ce que veut le peuple malien ».

Les résultats de cette coopération: « Les résultats que j’ai mentionnés sont que l’image au sol a changé. Avant la coopération avec la Russie, il y avait un génocide et des tueries dans des régions entières. Des bases militaires ont également été ciblées dans le désert, celles qui ont même été financées de l’extérieur…Aujourd’hui, nous avons des avions, des hélicoptères, des drones, des avions cargo et de transport. Maintenant, nous n’avons besoin d’ingérence d’aucun autre pays. Nous exigeons seulement le respect».

A propos du processus  électoral notamment sur le  référendum, le PM a tenu à rassurer : «  Le référendum aura lieu conformément à la constitution .Nous avons mis en place un organe indépendant pour superviser les élections et cet organisme est totalement indépendant et déterminera la manière dont le référendum se déroulera. Ainsi, nous travaillons sur le signal du corps des élections.

Mémé Sanogo

Source : L’Aube

1 thought on “Choguel Maïga  à Al Jazeera: « Nous avons des preuves contre la France… »

Comments are closed.