Faculté de médecine et d’odontostomatologie et de la faculté de pharmacie : Les travailleurs en grève illimitée !

Une grève illimitée est en train  d’être observée au niveau de la Faculté de Médecine et d’Odontostomatologie et de la faculté de pharmacie (FMOS-FAPH). Elle a été déclenchée par le comité syndical.

Depuis le début de cette semaine, les travailleurs de FMOS-FAPH sont en grève illimitée. Rien ne va entre le comité syndical et   le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique. Les points de conciliation  de l’époque  n’ont pas été respectés d’où la révolte des travailleurs. Les travailleurs de FMOS-FAPH sont sur leur pied de guerre contre les autorités. A travers un avis de grève illimitée, ils ont informé l’opinion nationale et internationale. Très frustré contre le gouvernement, le syndicat de FMO-PAH part en arrêt de travail illimité. Les négociations ont échoué et les travailleurs arrêtent d’exercer jusqu’à nouvel ordre.

Dr Hamma B Maïga, secrétaire général du comité Syndicat National de l’Enseignement Supérieur de la Faculté de Médecine et d’Odontostomatologie et de la Faculté de Pharmacie (C-SNESUP FMOS-FAPH décide d’observer une grève illimitée qui a débuté depuis le lundi 12 décembre jusqu’à leur satisfaction de leurs doléances qui sont : La lettre N°2022 000037/MERS-DFM du 25 février 2022 ; la lettre N°2022 0044/MEFDGB/SEDEO/DN du 15 mars 2022 ; les multiples démarches du comité SNESUP FMOS-FAPH auprès du rectorat, de la DFM, et du MERS sans succès. ‘’ L’avis de la base lors de l’assemblée générale du 20 octobre 2022 ; la non satisfaction des points de revendication ; le procès-verbal de non conciliation du 03 novembre 2022’’, a ajouté Dr Maïga et continue que conformément au préavis de grève en date du 24 novembre 2022 ; les propositions du rectorat à la rencontre du 18 novembre 2022 et le procès-verbal de non conciliation du 08 décembre 2022.

Tous ces points cités sont la cause de la grève illimitée des travailleurs de FMOS-FAPH.  Le gouvernement à travers le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique doit trouver une solution pour une entente.

Diak       

Source : L’Informateur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *