Multiplication des enlèvements et disparitions : des citoyens lancent un cri de cœur

Les enlèvements et disparitions continuent d’inquiéter de nombreux maliens à travers le pays. Des leaders religieux, d’opinion et plusieurs autres citoyens sont victimes de ces enlèvements. Certains sont entre les mains de leurs ravisseurs depuis des années.

Un des derniers cas de disparition est celui de Mamedi Dioula Dramé, du mouvement Ensemble pour le redressement. Disparu vendredi 02 décembre 2022, il est rentré chez lui lundi 05 décembre 2022 sans donner de détails sur ses présumés ravisseurs ainsi que les conditions de sa « libération ». Quelques heures, plus tard, la disparition d’une dame avec ses enfants entre Bamako et Kati est annoncée par des internautes maliens. A ce stade, aucune précision n’est donnée sur l’évolution de ce cas.

Le père blanc de l’Institut de Formation Islamo-Chrétienne (IFIC) reste, lui aussi, introuvable, selon ses proches. Ces derniers précisent que des investigations de la police sont en cours. Le père Hayo est porté disparu depuis le 20 novembre dernier.

Les autorités administratives sont aussi concernées par ces enlèvements. Aly Cissé, sous-préfet de Farako et Drissa Sanogo préfet de Gourma-Rharouss, enlevés respectivement en 2019 et en 2020, restent également introuvables.

Les hommes de médias ne sont pas épargnés. Hamadoun Nialibouly, Moussa Dicko et Olivier Dubois ont été enlevés entre 2020 et 2021 au centre et au nord du pays. Birama Touré aussi a disparu depuis 2016.

Face à ces enlèvements et disparitions, des habitants de Bamako et Yorosso invitent les autorités à œuvrer davantage pour la sécurité des populations.

Source : Studio Tamani