Bamako: ouverture des travaux de la 47è session du CSA 

La réunion de la quarante-septième (47è) session ordinaire du Comité de suivi de l’Accord (CSA) ouvre ses portes ce mardi 29 novembre 2022 à partir de 9h30, au siège de la MINUSMA ; sous la présidence du diplomate algérien, l’Ambassadeur Boudjemaa DELMI, Président du CSA. Cette session est une occasion pour le Comité de faire le point sur les derniers développements intervenus dans la mise en œuvre de l’accord depuis sa dernière session, tenue le 11 octobre 2022.

En application des dispositions de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du Processus d’Alger et du Règlement intérieur du Comité de suivi de l’Accord (CSA), la 47è session  dudit comité se tient ce mardi 29 novembre 2022.

A l’ordre du jour de cette présente session : présentation des rapports des sous-comités thématiques ; présentation du 11eme rapport de Observateur indépendant ; dialogue interactif complémentaire ; ainsi que les divers.

Lors de cette réunion, la Partie malienne présentera une communication sur les développements intervenus dans les quatre volets de l’Accord, depuis la quarante- sixième session ordinaire du CSA, notamment : les réformes politiques et institutionnelles liées à l’Accord ; l’opérationnalisation de la Commission ad-hoc ; le lancement des 16 projets de développement ; les processus DDR et intégration ainsi que la réinsertion socio-économique des 900 Femmes.

Au cours de la même rencontre, les participants se pencheront sur

Le processus de création de l’organe devant succéder à la Commission Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR) dont le mandat arrive à son terme en décembre ainsi que celui de la mise en place de l’Agence chargée de la gestion du fonds de réparation des victimes.

Lors de la dernière session tenue en octobre dernier, le CSA a relevé que sa session est intervenue dans un contexte marqué par la dynamique nouvelle insufflée au processus de paix.

Afin de préserver et de renforcer cette dynamique, particulièrement au regard de la grave situation sécuritaire qui règne dans certaines parties des régions Nord du Mali, le CSA s’est accordé sur la nécessité :  de la mise en place opérationnelle de la Commission ad hoc susmentionnée dans les délais les plus brefs qui soient et, en tout état de cause, avant la présente session du CSA,

De même, le CSA avait recommandé le suivi diligent des conclusions de la mission d’évaluation des conditions du lancement du DDR global, ayant en vue que le parachèvement de ce processus permettra au Mali de faire face plus efficacement à la menace terroriste et d’assurer la sécurité à laquelle aspirent les populations.

Par ailleurs, cette rencontre avait recommandée la finalisation, dans les meilleurs délais, de toutes les mesures préparatoires requises, y compris les listes des femmes ex-combattantes bénéficiaires, en vue de la mise en œuvre des projets de réinsertion socio-économique des ex-combattants (PREC), financés par la Banque mondiale et qui se clôture le 31 décembre 2022.

En réagissant à l’annonce de la tenue de cette présente session, un membre du CSA n’a pas manqué de nous exprimer sa déception face à l’impasse dans lequel se trouve, depuis des moments, la mise en œuvre de cet Accord.

«La du CSA de demain sera probablement comme les précédentes. C’est devenu une routine. Je sais que demain sera discutée la question de la Commission Ad-och. Sa création et sa mise en place est une recommandation de la réunion de haut niveau décisionnelle du 5 août 2022 et qui traîne jusqu’à présent », nous a-t-il confié ce membre de la CMA qui reconnaît que la situation est chaotique sur le terrain.

Abdoulaye OUATTARA / Afrikinfos-Mali