« La COP27 en Égypte est une opportunité pour l’Afrique et le Mali »

Le Mali était ce mardi 08 novembre 2022 à la tribune de la 27ème édition de la conférence mondiale des parties sur les changements climatiques. Le Premier ministre par intérim colonel Abdoulaye Maïga appelle à la sincérité des pays industrialisés et à la ténue de leur promesse pour faire face aux défis climatiques. Pour lui, la COP27 est une chance pour l’Afrique et l’édition idéale pour « conjuguer les efforts afin de lutter contre le changement climatique ». Des environnementalistes recommandent àla délégation malienne de soumettre des initiatives pour faire face à la crise climatique.

Le Mali est particulièrement vulnérable sur le plan climatique, environnemental et écologique. C’est à travers ces mots que le colonel Abdoulaye Maïga a tiré la sonnette d’alarme à la tribune de cette COP27. Selon lui, l’heure n’est plus aux promesses, mais à la responsabilité des plus grands pollueurs de la planète. Il indique que l’Afrique contribue faiblement à la pollution mondiale, notamment à hauteur de 4%. Mais que c’est le continent qui paye le prix cher, car fortement impacté par le changement climatique.

Dans son discours, le PM par intérim a aussi insisté sur l’apport du Mali à travers sa contribution déterminée au niveau national. « Le Mali est doté d’un arsenal juridique, dans lequel notre pays s’engage à une réduction moyenne de 40% d’émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2030, a-t-il déclaré.

Par ailleurs, le Chef du gouvernement regrette encore une nouvelle fois les sanctions de la CEDEAO et de l’UEMOA imposées au Mali entre janvier et juillet de cette année. « Ces sanctions ont porté un coup dur à nos efforts de longue date en matière d’adaptation et d’atténuation aux effets des changements climatiques », conclut-il.

Des initiatives pour faire face à la crise climatique

Pour les spécialistes des questions environnementales, la ténue de cette conférence en Afrique est une opportunité pour le continent et pour le Mali. Adama Sambou Sissoko environnementaliste, indique que la délégation malienne doit soumettre des bons projets qui aident les populations à faire face à cette crise climatique.

Source : Studio Tamani