Malick Diaw à propos des 46 soldats ivoiriens détenus au Mali : «Cette obscure affaire qui continue de susciter beaucoup d’interrogations exige désormais de la MINUSMA une plus grande clarté… »

Hier, lundi 3 octobre 2022, le Président du Conseil national de transition (CNT), Colonel Malick Diaw, a procédé à l’ouverture de la session ordinaire d’octobre 2022 du CNT au Centre international de conférences de Bamako (CICB), en présence du Premier ministre par intérim, Colonel Abdoulaye Maïga, des membres du gouvernement et du CNT des présidents d’institutions, des diplomates accrédités au Mali et une importante délégation Guinéenne avec à sa tête, le président du Conseil national de transition (CNT) de la Guinée Conkary, Dansa Kourouma.

Au cours de cette cérémonie solennelle, Malick Diaw a mis l’accent sur l’affaire des 46 militaires ivoiriens arrêtés au Mali. « Cette obscure affaire qui continue de susciter beaucoup d’interrogations exige désormais de la MINUSMA une plus grande clarté et une plus grande coordination avec les autorités maliennes dans la conduite de ses opérations », a-t-il dit.

Selon Malick DIAW, avec l’union, des succès importants, dans les domaines de la paix, de la sécurité, de la réconciliation nationale et du développement durable, peuvent être remportés.

Avant d’ajouter qu’à la date du jeudi 22 septembre 2022, le nouveau Mali déjà né, se construit progressivement. « M’adressant spécialement à vous, très cher frère et ami Dansa KOUROUMA, nous nous devons de rendre constamment un vibrant hommage à nos pères devanciers qui nous ont effectivement appris que la Guinée et le Mali sont les deux poumons d’un même corps.

En effet, nous ne pouvions plus admettre que depuis des décennies post-indépendances, nos populations continuent de vivre dans la précarité et dans l’insécurité », a-t-il dit. Il a indiqué que les dernières semaines ont été assez pénibles pour le Mali en termes de préoccupations sécuritaires. «Plusieurs localités maliennes ont continué d’enregistrer des attaques sporadiques ignobles de la part des groupes armés terroristes. Il faut cependant comprendre à travers ces actions désespérées et inespérées que les terroristes et leurs complices sont aux abois et en perte de vitesse et, s’il plaît à Dieu, ils n’auront jamais le dernier mot.

En effet, le professionnalisme croissant des Forces de Défense et de Sécurité du Mali, leur bravoure et leur efficacité opérationnelle ont toujours permis d’infliger de lourdes pertes aux assaillants, d’en neutraliser plusieurs et de détruire ou saisir un nombre important de matériels…Construisons la paix, évitons la guerre et évitons d’attiser les conflits! », a-t-il souligné.

Et d’ajouter ceci : « Vous vous rappelez certainement, le 10 juillet 2022, nos Forces de Défense et de Sécurité ont arrêté à l’aéroport de Bamako 49 soldats ivoiriens suspects, présentés comme des Eléments Nationaux de Soutien. Les négociations diplomatiques ont conduit à la libération, pour raison humanitaire, des 3 femmes du groupe, le 3 septembre dernier. Cette obscure affaire qui continue de susciter beaucoup d’interrogations exige désormais de la MINUSMA une plus grande clarté et une plus grande coordination avec les autorités maliennes dans la conduite de ses opérations particulièrement les conditions de déploiement et de rotation des troupes onusiennes sur le territoire malien ainsi que la gestion des Eléments Nationaux de Soutien.

Depuis cet évènement, qu’est-ce qu’on n’a pas vu et entendu ? Il faut qu’on sache que le Mali, de tout temps, a été un pays pacifique, mais les Maliens ne sont pas dupes. Notre pays est toujours disposé au dialogue et ne demande qu’à collaborer dignement, en toute légalité, avec l’ensemble de ses partenaires dans le strict respect de sa souveraineté et de son intégrité territoriale ». S’agissant de l’ordre du jour de la présente session ordinaire, Malick Diaw a signalé qu’il sera principalement consacré à l’examen du projet de loi de finances 2023.

Outre la loi de finances 2023, dit-il, d’autres projets de loi sont déjà inscrits dans le tableau de saisines du CNT dont le projet de loi de finances rectificative du budget 2022, la loi de règlement du budget d’Etat 2018, du projet de loi fixant les règles générales relatives à la réparation des préjudices causés par les violations graves des droits de l’Homme, des projets de loi portant respectivement création de la Direction de la Justice Militaire, de la Direction Centrale du Service de Santé des Armées, de la Direction Générale des Douanes et de la Société de Recherche et d’Exploitation des Ressources minérales du Mali, ainsi que du projet de loi relatif à la modification du Statut des Fonctionnaires des Collectivités territoriales. «En plus, conformément au Règlement intérieur, nous allons examiner le Rapport de contrôle de l’exécution du budget du CNT, au titre du 4ème  trimestre 2021, élaboré par la Commission de contrôle. Je voudrais en outre vous informer que l’élargissement en cours du CNT exigera naturellement une modification de notre Règlement Intérieur », a conclu Malick Diaw.

Auparavant, le président du CNT de la Guinée Conakry, Dansa Kourouma, avait prononcé un discours dans lequel il mettait l’accent sur l’excellente relation diplomatique qu’existe entre son pays, la Guinée et le Mali. Par ailleurs, il a fait savoir que le Mali et la Guinée ont plutôt besoin d’accompagnement de la CEDEAO en lieu et place de sanctions.

Aguibou Sogodogo

Source : Le Républicain