Mendicité : le business florissant des colas et coqs

à la une Actualités Au Mali Flash infos Infos en continus Société

Aly Coulibaly est vendeur de poulet au marché de Lafiabougou. Il flaire à 100 mètres les clients qui viennent avec des demandes spécifiques. « Les marabouts conseillent toujours des sortes de coqs ou des coqs de certaines couleurs. Ces volailles ne sont pas faciles à trouver. C’est pourquoi il faut dealer avec les mendiants ».

Aly Coulibaly vend par exemple un coq noir à 12 000 F CFA à quelqu’un à qui le marabout a recommandé de faire ce sacrifice. « Je vends le matin, et, au crépuscule, je récupère auprès des mendiants, à moitié prix. Un coq que j’ai vendu le matin à 12 000 F CFA, le soir, je le rachète avec les mendiants à 5000 F CFA. C’est gagnant-gagnant pour tout le monde ».

Selon notre interlocuteur, cela est valable pour les vendeurs de colas, pour les marchands de brebis et autres. « Personne n’est lésé, personne n’est perdant. Les coqs, les moutons ou les colas sollicités pour les sacrifices sont difficiles à trouver. Celui qui doit faire le sacrifice a pour prescription de donner à un indigent. Le marabout ne lui a pas dit qu’il faut que l’indigent se régale avec le coq ou la brebis, ou croque la cola », se justifie-t-il.

Au crépuscule, avant de rentrer, les mendiants sont pris d’assaut par les vendeurs, chacun ayant son client fournisseur.

A K.

Source: Mali Tribune

Last Updated on 25/05/2022 by Ousmane BALLO