Bassidiki Touré rompt le silence : « Ce n’est plus une question de HAC, mais d’honneur et de dignité »

C’est sur le plateau du Renouveau FM pendant l’émission ‘’Les grands dossiers’’ de Rash Bath le 4 mai 2022 que Bassidiki Touré, l’un des représentants de la presse privée devant siéger à la Haute Autorité de la Communication (HAC) et dont le nom a été enlevé lors de la signature du décret de prise de fonction sans motif valable, a décidé de sortir de sa réserve pour exiger toutes les lumières sur le dossier qui fait aujourd’hui de lui une personne de moralité douteuse.

« J’ai aujourd’hui décidé de rompre le silence face à l’injustice dont je fais l’objet. Pas question qu’on porte atteinte à mon honneur. Je viens d’une grande famille, une famille de grande dignité qui réside pendant plus de 200 ans à Bamako. J’ai une femme et des enfants. Ce n’est plus une question de HAC, mais de l’honneur et de dignité », a-t-il lancé.

Blessé, Bassidiki Touré a même décidé de se retirer de la Presse momentanément jusqu’à ce que l’affaire soit tirée au clair. « Ils ont fait de moi une personne douteuse alors qu’une personne de moralité douteuse ne doit pas être journaliste. Donc, je me retire provisoirement de la presse, de la présidence de l’Association des Editeurs de Presse Privée (ASSEP) et de toutes autres organisations de la presse jusqu’à ce que l’affaire soit tirée au clair », a-t-il déclaré.

Pour Bassidiki Touré, l’actuel Premier ministre est dans un règlement de compte personnel. « Le Premier ministre qui est dans un règlement de compte n’a pas eu honte de mentir devant le peuple malien. Choguel m’en veut pour deux raisons : d’abord il pense que je suis à la base de l’échec de sa seconde femme pour les élections à la HAC en 2014. Puis, lorsqu’il était dans la rue avec le M5-RFP, il demandait constamment le soutien des faîtières. Le connaissant, j’ai mis en garde mes collègues sur son sujet parce qu’il n’a pas honte de mentir », a-t-il ajouté.

Cependant, Bassidiki Touré n’a pas hésité à prévenir le président de la transition, Col. Assimi Goïta, sur le cas de son Premier ministre qui, selon lui, est loin d’être une personne digne de confiance. « Une personne qui est soupçonnée de détournement de plus de 600 millions du contribuable malien à quelle leçon de moralité à donner ? Que le président Assimi m’écoute, s’il ne se débarrasse pas de Choguel, Choguel se débarrassera de lui. Si Choguel reste Premier ministre, je pense qu’il y a possibilité d’un autre coup d’État. Je suis prêt à répondre devant toutes les juridictions compétentes de mon pays pour ces propos », a ainsi lâché le directeur de publication de l’hebdomadaire ‘’Le Guido’’.

Amadou Kodio

Source : Ziré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *