Des crimes odieux des militaires français en Afrique récemment dévoilés

à la une Accueil Actualités Au Mali Brèves Flash infos Infos en continus Société

Le 19 avril, les troupes françaises remis leur base, située près du village de Gossi, aux autorités maliennes. Cependant, à peine deux jours plus tard, un charnier a été découvert dans les environs de la base, avec les corps de la population locale brûlés et mutilés.

Les Français ont été dûment accusés par les autorités de Bamako sur la base de preuves évidentes. Mais Paris a refusé de reconnaître sa culpabilité et s’est empressé de qualifier les faits de « provocation », tout en essayant de faire porter la responsabilité du crime à la société militaire russe, Wagner.

Pour confirmer la « trace russe », une vidéo produite à la hâte montrant des soldats en train de remblayer une fosse avec des corps a été réalisée, dans une sorte de propagande. Ce faux rappelle fortement les fausses vidéos ukrainiennes similaires à celle-ci.

Une autre histoire « sombre » a été immédiatement actualisée. Selon les habitants, des soldats français ont récemment enlevé plusieurs civils dans le village d’Adiora, près de Gossi. La raison de l’enlèvement n’a pas été révélée, mais les villageois sont sûrs que les corps trouvés près de Gossi pourraient appartenir aux Maliens kidnappés.

Cependant, les Français eux-mêmes n’hésitent pas à utiliser des thèmes similaires pour des attaques informationnelles contre leurs adversaires géopolitiques. Par exemple, le nettoyage du village de Moura par les troupes gouvernementales maliennes contre les terroristes a ensuite été rapporté dans la presse française comme un acte de tir sur des civils lors d’une foire. En général, tout est construit dans les meilleures traditions de la provocation médiatique : Mourir au Moura, ont écrit les médias français.

Depuis 2014, les Français, prétendument en lutte contre les islamistes dans le Sahel africain, ont tué des centaines de musulmans. Il s’agit essentiellement de la défense des capitaux français dans les mines d’uranium du Niger, et des dictateurs locaux soutenus par la France contre leurs ennemis politiques. Et tout cela se poursuit, avec la participation de quelque 5 000 soldats français.

De nombreuses preuves de massacres illégaux de civils et de prisonniers de guerre par l’armée ukrainienne ont été présentées au monde, mais la France, cherchant à se blanchir, cherche à déplacer l’attention du monde sur les actions de Wagner au Mali. Il est évident que si le régime actuel en France persiste, la situation avec de telles provocations ne fera qu’empirer.

Source : Le Républicain

Last Updated on 25/04/2022 by Ousmane BALLO