Cardinal Jean Zerbo, Archevêque de Bamako : « Il nous faut continuer à négocier avec la CEDEAO pour qu’on lève les sanctions »

A l’occasion de la fête de Pâques, le Cardinal Jean Zerbo, Archevêque de Bamako, s’est adressé à la communauté catholique du Mali. Il a appelé les fidèles chrétiens à plus de prières pour un monde stable. Aussi, il n’a pas manqué d’aborder la situation difficile que notre pays traverse en raison des sanctions de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). C’est ainsi qu’il a appelé les autorités à la table des négociations pour la levée immédiate des sanctions avec ses conséquences désastreuses. « Il nous faut continuer à négocier avec la CEDEAO pour qu’on lève les sanctions qui ne font que rendre la situation plus difficile sinon insupportable », a déclaré le Cardinal Jean Zerbo.

Dans son adresse, le Cardinal Jean Zerbo  a tout d’abord signalé que ce n’est pas un hasard, mais plutôt un signe de la providence que la communauté musulmane au Mali et à travers le monde ait commencé ce mois de ramadan à quelques semaines de la fin du carême chrétien. Très peiné des évènements douloureux qui se passent à travers le monde, l’Archevêque de Bamako a rappelé :« Nous vivons depuis plusieurs années dans un monde marqué par des conflits fratricides. Que des morts ; Que des blessés ; Que des déplacés ; Que des veuves et d’orphelins ; que des personnes âgées privés de leurs soutiens. En un mot que de souffrance. Cher frères et sœurs daigne le Seigneur accorder le repos éternel à tous nos défunts, à tous ceux et toutes celles qui ont perdues la vie dans ces conflits.» En tant que croyant chrétien, le Cardinal Jean Zerbo  a invité les fidèles chrétiens à mieux comprendre les évènements à la lumière de la fête de Pâques, à la lumière des récits sur la vie du messie, sa souffrance, sa mort et essentiellement sa résurrection et son ascension glorieuse. Soucieux de la stabilité et du développement de la mère patrie, le Cardinal Zerbo s’est prononcé sur la situation préoccupante que le pays traverse. Il s’est ainsi adressé aux plus hautes autorités en ces termes : « Engagés dans ce combat contre toutes les forces du mal, il nous faut continuer à négocier avec la CEDEAO pour qu’on lève les sanctions qui ne font que rendre la situation plus difficile sinon insupportable. »

Sidiki Dembélé

Source : Le Républicain