Mourah: flagrant délit de mensonge de l’expert de l’ONU

Après avoir brillant plaidé pour l’ouverture d’une enquête sur les allégations de violation de droits de l’homme à Mourah, Alioune Tiné, l’expert indépendant des Nations unies pour les droits de l’homme verse de la manipulation et les contre-vérités.

En effet, au regard des graves allégations de crimes de masse, des dizaines de civils ayant été tués au cours de ces opérations, il demande aux autorités maliennes de mener dans les meilleurs délais une enquête approfondie, indépendante, impartiale et efficace sur toutes les violations présumées. Pour Alioune Tine, les conclusions de cette enquête doivent être rendues publiques et les auteurs présumés doivent être traduits en justice.

Car dit-il, et c’est la manipulation et le mensonge, «le fait de ne pas traduire en justice les auteurs présumés de violations des droits de l’homme pourrait entamer la confiance de la population dans les forces armées et être exploitée ou instrumentalisée par les groupes armés, se présentant comme une solution de substitution crédible à la défaillance de l’État », a déclaré M. Tine

Or, en rendant compte de l’opération menée du 23 au 31 mars 2022 à Mourah contre les groupes terroristes qui s’y étaient donné rendez-vous, voici ce que l’État-major général des Armées maliennes écrit dans son communiqué N°… du vendredi 1er avril 2022 :

« …une opération d’opportunité aéroterrestre de grande envergure a été menée dans la zone de Moura à 17 kilomètres au Nord-est de Kouakourou dans le cercle de Djenné.

Cette opération fait suite à des renseignements bien précis qui ont permis de localiser la tenue d’une rencontre entre différents Katibats à Moura, fief des terroristes depuis quelques années.

Une combinaison d’actions aéroterrestres, en l’occurrence les forces au sol et les troupes aéroportées notamment les forces spéciales, a permis un bilan très lourd chez les terroristes : 203 combattants des GAT (Groupes Armés Terroristes) avec une interpellation de 51 personnes. À cela s’ajoute un bilan matériel de 200 motos brûlées et saisies. D’importantes quantités d’armes et de munitions ont été récupérées.

Les FAMa ont procédé ensuite aux nettoyages systématiques de toute la zone. Après les premières auditions effectuées par la gendarmerie, des personnes interpellées, elles ont été transférées au pôle judiciaire spécialisé, chargé de l’instruction des affaires de terrorisme… » Toutes choses qui sont synonymes de saisine de la justice en langage judiciaire.

Affirmer sans vergogne donc que le Mali n’a pas déféré à la justice les personnes interpellées à Mourah procède d’un mensonge éhonté de la part de Alioune Tine.

PAR Abdoulaye OUATTARA

Source: Info-Matin