Mali : ces efforts louables du président de la FEMAFOOT, Mamoutou Touré dit Bavieux !

Au lendemain des matchs de barrages de la Coupe du Monde Qatar 2023, des individus se sont organisés pour tenter de saboter les efforts louables du président de la Fédération Malienne de Football (FEMAFOOT), Mamoutou Touré dit ‘’Bavieux’’. De tels comportements ne les grandissent pas et ne servent pas non plus le football malien dont les joueurs ont, actuellement, plus que jamais besoin du soutien de l’ensemble des Maliens pour les prochaines compétitions.

Il est inutile de rappeler que le football malien a besoin actuellement de l’union sacrée de tous ses acteurs. Le match aller des barrages de la Coupe du Monde Qatar 2023 qui a opposé les Aigles du Mali et la Tunisie le 25 mars 2022 témoigne de la volonté des Maliens de se mobiliser derrière leur équipe. Depuis la CAN 2002, jamais les Aigles n’avaient bénéficié d’une telle mobilisation. Le stade du 26 Mars qui vient d’être rénové a été plein à craquer. Cette mérite revient logiquement à la Fédération Malienne de Football (FEMAFOOT) dont l’un des rôles demeure la promotion du Football. Donc, ces quelques acteurs qui sont censés œuvrer pour la promotion du football, ne doivent pas et ne peuvent pas saboter ces efforts et cultiver la division ou haine dont nul n’a besoin aujourd’hui.

Certes, les objectifs n’ont pas été totalement atteints en ce qui concerne la CAN Cameroun 2021 et la Coupe du Monde 2023, mais l’on doit admettre que le problème du football malien ne peut pas être résolu dans la division et dans la manipulation. Le président de la Fédération Malienne de Football (FEMAFOOT), Mamoutou Touré dit ‘’Bavieux’’, quoi qu’on dise, est sincère et souhaite toujours le meilleur pour le Mali. D’ailleurs, le souhait le plus ardent d’un président de Fédération de Football ne peut être autre que de remporter plus de trophées.

Il est évident que la chance ne nous ait pas encore souri, mais il ne faut pas non plus ignorer les efforts de Mamoutou Touré dit ‘’Bavieux’’ qui a hérité d’une fédération carrément en panne à cause de cinq (5) ans de crise. De son élection le 29 août 2019 à nos jours, Bavieux a su apporter sa touche au football malien. Aujourd’hui, le Mali figure parmi les meilleures nations de football. Mieux, les Aigles ont eu à disputer les matchs de barrages de la coupe du mondial, une première dans l’histoire du football malien.

Pour l’heure, le mieux que Bavieux puisse faire, c’est de créer les meilleures conditions pouvant unir tous les acteurs du football pour travailler main dans la main et dans l’intérêt de la discipline. C’est pourquoi dès son arrivée à la tête de la FEMAFOOT en 2019, il n’a pas hésité à apporter une légère amélioration aux indemnités des membres du comité exécutif. De 100 000F CFA en 2009, lesdits membres perçoivent chacun la somme de 150 000F CFA depuis 2019 comme indemnités de représentation. Au même moment, celles du président sont restées inchangées.

Que les ligues régionales s’assument !

Ayons le courage de le dire, la FEMAFOOT est émanation des différentes ligues régionales. Malheureusement, la plupart de ces ligues sont dirigées par procuration. Leurs premiers responsables sont installés à Bamako et gèrent leurs organisations par coups de téléphone. Pire, ce sont ces mêmes personnes qui sont en train de monter des frondes contre Mamoutou Touré dit ‘’Bavieux’’ en acceptant volontairement d’ignorer que ce comportement peut conduire le football malien à une nouvelle crise. Donc, dire que ces derniers sont pour l’avancement du football au Mali est inacceptable et inconcevable.

Aujourd’hui, l’on a comme l’impression que le football malien s’arrête à Bamako. Le palmarès du championnat de ligue 1 en témoigne largement. De l’indépendance à nos jours, aucune équipe régionale n’a gagné le titre de champion du Mali. Tous les titres sont détenus par les clubs de Bamako, avec vingt (20) sacres pour le Stade Malien de Bamako ; treize (13) pour le Djoliba AC et trois (03) pour l’AS Réal. C’est en coupe du Mali que l’on a l’exception, à travers le Sigui de Kayes qui a remporté le trophée de1987, tout comme l’US Bougouni en 2012.

Dans ces conditions, il serait difficile de développer le football malien. Il faut que ces ligues cessent d’être un fonds de commerce, un outil de propagande pour leurs dirigeants dont le seul but est d’accéder au fauteuil du président de la FEMAFOOT. Pour donner plus de valeur au football malien au plan continental, voire mondial, les ligues régionales doivent cesser de prendre la fédération pour une rivale ou une concurrente. Elles doivent plutôt se mettre au travail afin de construire des équipes capables de défendre vaillamment les couleurs nationales partout seules ou en sélection.

Ousmane BALLO / Afrikinfos-Mali

One Reply to “Mali : ces efforts louables du président de la FEMAFOOT, Mamoutou Touré dit Bavieux !”

  1. Un papier à deux vitesses : ce qui est appelé « mérite de Bavieux ou de la Femafoot et la léthargie des ligues surtout intérieures de football. Sur ce dernier angle du papier (article) les remarques sont pertinentes. Mais l’augmentation des indemnités de présence dans une association ou c’est le bénévolat qui est prôner, n’est pas un effort et ce n’est pas juste. Le plein du stade du 26 mars le 25 mars dernier n’est pas seulement que le mérite de la Femafoot pour ne pas dire ce n’est pas leur mérite. L’Union sacrée est demandée il y a 3; à 5 éditions de la CAN, sans résultat. Maintenant, il faut corriger le mal à la racine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *