Bilan de l’attaque de Djenné : Les FAMA ont détruit 203 terroristes, 51 arrêtés, 200 motos saisies et brûlées, des armes et munitions récupérées…

Après la destruction des bases terroristes sur l’ensemble du territoire malien par nos vaillants soldats en fin 2021, les groupes terroristes étaient de retour ces derniers temps dans la localité de Djenné pour faire pressions sur des paisibles populations civiles qui ont collaboré avec l’armée malienne. Suite à ses informations et le cri de cœur des populations de la localité, les FAMA ont mené une opération dans le cercle de Djenné du 23 au 31 Mars 2022. Le bilan est très lourd selon le communiqué N°026 de l’Etat-major général des armées.

Cette opération de grande envergure, qui s’est déroulée dans la zone de Moura à 17 kilomètres au nord-est de Kouakourou dans le cercle de Djenné, a permis aux hommes du Général Oumar Diarra, le CEMGA de neutraliser 203 combattants de groupes armés terroristes, d’arrêter de 51 personnes, le bilan matériel fait état de 200 motos saisies et brulées et aussi d’importantes quantités d’armes et de munitions ont été récupérées sur les terroristes dans leur débandade.

Selon le communiqué cette opération fait suite à des renseignements bien précis qui ont permis de localiser la tenue d’une rencontre entre les différents Katibats à Moura considéré comme fief important des terroristes depuis quelques années. Pour mener à bien cette opération antiterroriste avec le plus grand respect des droits de l’homme, l’armée a fait des actions de combinaisons aéroterrestres en occurrence des troupes au sol et des troupes aéroportées notamment les forces spéciales cette stratégie gagnante a permis d’obtenir ce bilan positif.

A noter qu’après les premières auditions effectuées par la gendarmerie, les 51 personnes interpellées ont été transférées au pôle judiciaire spécialisé, chargé de l’instruction des affaires de terrorisme. Indique le communiqué.

Pour l’instant les FAMA continuent leur mission de nettoyage systématique de toutes les zones à risque pour la sécurisation des personnes et leurs biens

Source : L’Enquêteur