Burkina Faso : 14 civils tués dans une attaque près de la frontière nigérienne

Quatorze civils ont été tués jeudi, dans une attaque perpétrée par des individus armés non identifiés sur un site aurifère dans la commune de Seytenga, dans le Sahel burkinabè à la frontière nigérienne, a annoncé vendredi, le quotidien d’Etat “Sidwaya”.

Le media d’État évoque un bilan provisoire de 14 morts et souligne que selon plusieurs témoignages certains blessés ont succombé dans un centre de santé.

Selon la même source, c’est vers 15 heures le jeudi, que les assaillants ont fait irruption sur le site minier artisanal et se sont mis à tirer sur les orpailleurs.

Les assaillants ont aussi intimé l’ordre aux orpailleurs de quitter le site dans un délai de 72 heures, précise le media.

Aucune partie n’a encore revendiqué l’attaque vendredi.

Le 17 décembre 2022, deux policiers en service à Seytenga dans la même localité ont été assassinés lorsqu’ils se rendaient à Dori.

Depuis 2015, le Burkina Faso est la cible d’attaques terroristes ayant fait, entre 2016 et le 31 décembre 2021, plus de 2000 morts, dont 600 éléments des forces de défense et de sécurité, selon le gouvernement.

Selon l’ONU, ces attaques ont engendré le déplacement de plus de 7000 Burkinabè vers la Côte d’Ivoire voisine.

L’insécurité a également causé la fermeture de 3 683, établissements scolaires, affectant 590 327 élèves soit 281 604 filles et 308 723 garçons, ainsi que 17 309 enseignants dont 5 589 femmes, selon le nouveau rapport statistique mensuel de données d’Education en Situation d’Urgence.

A la date du 31 janvier 2022, le pays enregistrait 1 741 655 personnes déplacées internes, selon les derniers chiffres du Conseil national de secours d’urgence et de réhabilitation (CONASUR).

Le Premier ministre de la transition Albert Ouédraogo a déclaré, lundi, que son gouvernement va engager des réformes “audacieuses” durant les trois années de transition, afin de lutter efficacement contre le terrorisme.

AA / Ouagadougou / Dramane Traoré

Source: aa.com