ADEMA-plateforme : le divorce ?

Après la décision du Cadre d’Échange des Partis et Groupements Politiques pour une Transition Réussie, le 23 février 2022, de suspendre l’ADEMA-PASJ, la réaction de ce parti est sans équivoque.

En effet, le Pasj dit qu’il « désapprouve cette décision malencontreuse, hâtive et mal inspirée et exige de ses Auteurs un communiqué déclarant sa nullité et présentant des excuses publiques ». Le divorce est-il déjà consommé ?

Selon un communiqué, publié le samedi 26 février dernier, l’ADEMA-PASJ dit avoir appris avec consternation la décision de sa suspension des instances et activités du Cadre d’échanges des partis et regroupements politiques pour une transition réussite dont il est membre fondateur, par certains membres du Comité directoire.

« Le Pasj désapprouve cette décision malencontreuse, hâtive et mal inspirée et exige de ses Auteurs un communiqué déclarant sa nullité et présentant des excuses publiques.

Le Parti pour la solidarité et la justice estime que cet acte regrettable viole allègrement les Règles et Principes de fonctionnement du Cadre d’échanges des partis et regroupements politiques pour une transition réussite qui est loin d’être un regroupement politique », précise le communiqué.

Pour le parti des abeilles, il est évident, au regard des motifs évoqués dans le communiqué de suspension que d’autres membres du Cadre auraient dû être suspendus depuis fort longtemps ; car, ayant pris le contrepied de certaines décisions du Cadre, et ont connu des absences répétées à ses réunions. « Alors, pourquoi cette décision à deux poids deux mesures ? Quelle en est la valeur ajoutée ? Quelles sont les velléités cachées ? », s’interroge-t-il.

En outre, l’ADEMA-PASJ, fidèle à ses engagements, œuvre inlassablement pour une transition réussie et salue toutes les démarches éclairées visant à rapprocher les différentes forces sociopolitiques du pays pour une unité d’actions, en dépit des divergences de vues : « L’ADEMA-PASJ rappelle à ceux qui ont tendance à l’oublier que l’objectif de base du Cadre des partis et regroupements politiques pour une transition réussie est de réfléchir aux voies et moyens pour la réussite effective de la transition.

Dans cette optique, tous les patriotes doivent plutôt travailler à rassembler, au-delà du Cadre, toutes les filles et tous les fils du pays face à l’énormité des défis et à renoncer à toute posture radicale et extrémiste ». Et d’ajouter : « l’ADEMA-PASJ reste un parti politique ouvert, mais ne s’associera à aucune activité d’obstruction radicale à la transition. C’est pourquoi, au regard de tout ce qui se passe dans le pays, L’Adema-Pasj pense profondément que le Cadre des partis et regroupements politiques pour une transition réussite, s’il doit continuer à exister, doit être recadré ».

En définitive, l’ADEMA-PASJ reste fidèle à son combat pour la sauvegarde de la Démocratie et le retour rapide à une vie constitutionnelle normale.

Cette sortie de l’ADEMA faisait suite à la Déclaration du Cadre du mercredi 9 février 2022. Dans cette Déclaration, le Cadre d’Échange des Partis et Groupements Politiques indique : « ne plus reconnaitre les Autorités actuelles à partir du 25 mars si un certain nombre de leurs exigences ne sera pris en compte. Ce sont, entre autres, la mise en place d’un nouveau Conseil National de la transition qui joue le rôle du Parlement de la transition, l’adoption d’une nouvelle Loi électorale qu’ils souhaitent “consensuelle”, la mise en place d’un Gouvernement de mission avec à sa tête “un Premier Ministre neutre”. Le rejet de la révision de la Charte de la transition en cours et l’adoption d’un chronogramme électoral pour la fin de la transition militaire font également partie de leurs exigences…

Mohamed Sylla

Source : L’Aube