Répertoire des chefs de villages, fractions et quartiers : CRI 2002 boucle les régions de Mopti et de Tombouctou

Le Cercle de Réflexion et d’Information pour la Consolidation de la Démocratie (CRI 2002), dans son objectif de valoriser le rôle des autorités traditionnelles et coutumières, en partenariat avec la Coopération Suisse, poursuit son travail de répertoring des villes, villages et fractions du Mali. À cet effet, CRI 2002 et ses partenaires ont déjà répertorié tous les villages des huit cercles de la région de Mopti et des cinq cercles de la région de Tombouctou dont le document officiel a été remis le 24 février 2022 au ministre de la Refondation de l’État, chargé des relations avec les Institutions, Ibrahim Ikassa Maïga.

L’élaboration des répertoires des chefs de villages, fractions et quartiers est un travail qui a débuté en 2010 par CRI 2002. Sous la conduite de Dr Abdoulaye Sall, ancien ministre des Relations avec les institutions, ce travail est le fruit du partenariat entre le ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation (MATD), le Cercle de Réflexion et d’Information pour la Consolidation de la démocratie au Mali avec l’appui de la Coopération Suisse.

Ainsi, CRI 2002 a répertorié tous les villages et fractions des différents cercles de des régions de Mopti et de Tombouctou. En tout, CRI 2002 a enregistré dix-huit mille (18 000) villages et fractions dans les huit cercles de la région de Mopti (Mopti, Bandiagara, Bankass, Djénné, Douentza, Koro, Ténenkou, Youarou) et douze mille (12 000) villages et fractions dans les cinq cercles de Tombouctou (Tombouctou, Diré, Goundam, Gourma Rharous, Niafunké.)

Selon Dr Abdoulaye Sall, président de CRI 2002, il s’agit là de l’opérationnalisation sur le terrain du développement régional, local et national et de la valorisation de la place des autorités et du rôle traditionnel et coutumier dans la refondation de l’État. Il a également rappelé que l’objectif recherché est de contribuer à la réalisation des cas innovants de démocratie participative incluant les autorités traditionnelles, coutumières, religieuses et les autres organisations de promotion de la citoyenneté, du civisme et des savoirs dans un contexte de refondation de l’État du Mali dans ses trois éléments constitutifs à savoir : le pouvoir politique, la population et le territoire.

Refonder la citoyenneté et le civisme !

Pour Dr Abdoulaye Sall, la valorisation du rôle et responsabilité des autorités traditionnelles et coutumières est un recours à nos valeurs fondamentales. « Pour nous, il faut donner aux autorités leurs rôles traditionnels. Aux yeux des populations, les Chefs traditionnels sont les premiers responsables en toute circonstance. Donc en aucun cas, ils ne doivent être relégués au second rang. C’est justement pour cela que nous sommes en train de travailler à répertorier tous les villages et fractions afin que de savoir les responsables qui sont à la tête », a-t-il dit.

Pour ce faire, CRI 2002 et ses partenaires proposent trois principes à savoir : donner un statut aux autorités traditionnelles, un signe distinctif et une décoration quand il le faut. « Nous pensons que les autorités traditionnelles doivent avoir un titre officiel et reconnu par l’État. Pour cela, ils doivent avoir le drapeau chez eux et un insigne pour qu’ils puissent porter dans des occasions officielles », a-t-il ajouté.

Le ministre de la Refondation a, quant à lui, salué la démarche entreprise à sa juste valeur et a promis que l’État prendra en compte toutes les propositions issues de ce processus. Il a par ailleurs invité les autorités traditionnelles à se mobiliser afin de faciliter la mise en œuvre du processus après des différents acteurs concernés.

Pour ce qui concerne du répertoire réalisé, après cette remise au ministre de la Refondation, le même exemplaire sera remis à d’autres entités de l’État tels que le Conseil national de Transition, le Haut Conseil des Collectivités et enfin au Médiateur de la République.

Amadou Kodio

Source : Ziré