Promotion de l’art contemporain : 5 Mondes Gallery ouvre ses portes à Bamako

Dans le but de promouvoir l’art contemporain des cinq continents, un espace d’échange et de perfectionnement de talents artistiques dénommé ‘’5 Mondes Gallery Contemporary international et African art’’ a été ouvert le 25 février 2022 à Bamako. Installé en plein cœur de Baco Djikoroni Golf, cet espace artistique vise à couper toute barrière existant dans le monde de l’art. Cette cérémonie d’ouverture a été couplée avec une exposition photos.

Initié par Floreal Duran, promoteur du projet, l’Espace 5 Mondes Gallery Contemporary international et African art, est un révélateur de talents émergents. Installé désormais à Bamako, au cœur du grand continent africain, l’Espace 5 Mondes Gallery se distingue de plusieurs autres espaces grâce à son approche de l’art. C’est un projet coopératif, solidaire au plan culturel, car la galerie se veut une structure spécialisée dans la découverte, l’accompagnement et la promotion d’artistes émergents africains. Dans sa programmation, l’espace abritera des expositions individuelles, collectives, conceptuelles, d’évènements hors des murs et servira d’agence artistique. Selon l’initiateur, ce sera également un forum facilitant les échanges et un lieu de résidences.

« Si d’emblée nous avons pour leitmotiv ”Aborder l’art différemment”, ce n’est pas pour nous satisfaire de slogans ou déprécier ce qui a été fait précédemment. Nous saluerons ici le travail effectué bien avant nous par nos confrères et consœurs de la galerie Médina, de Bamako Art Gallery et de H Gallery, d’autres lieux ouverts aux artistes comme Taxi Bamako, le Bla Bla Café ou la Résidence Casablanca, mais également des collectifs ou ateliers qui ont su donner à Bamako une aura artistique. Ce sont des pionniers qu’il faut saluer et respecter, qu’il faut davantage soutenir et accompagner. Nous nous sentons de ce fait solidaires et complémentaires », a souligné Floreal Duran.

Aussi, le promoteur de 5 Mondes Gallery trouve que cette différence sera marquée par une volonté manifeste d’ouverture. « Autant le dire tout de suite. Nous ne nous positionnons pas comme une galerie ne présentant que des artistes maliens ou même africains. Au tout début, nous avions inscrit sur notre logo cette référence à l’art africain comme s’il s’agissait là, d’une reconnaissance identitaire, mais nous avons pris conscience du non-sens de cette appellation car il n’y a pas plus d’art africain que d’art européen ou asiatique. Nos cinq continents sont riches de leur diversité et de tant de cultures », a-t-il expliqué.

Faire autrement…

À 5 Mondes Gallery, l’équipe de Duran trouve qu’il faudra donc aller à l’art contemporain international même s’il estime qu’ils vont privilégier dans les choix, l’Afrique dans son ensemble. « Dans ce cadre suffisamment ouvert, nous travaillerons selon une logique de projet ou de thèmes forts portés par des artistes ou relevant de notre initiative. Exposer pour exposer ne fait pas partie de notre devise, céder à des phénomènes de mode non plus. Quant au « copinage » il ne fait pas partie de notre programmation », a-t-il ajouté.

Selon la vision de 5 Mondes Gallery, l’art est ici présenté sous une forme inhabituelle au risque de déranger, mais qui garde ses fonctions habituelles. Pour M. Duran, depuis longtemps ailleurs dans le monde, l’art pose question. « L’Afrique anglophone l’a bien compris et porte des démarches structurées, innovantes qui l’amènent à traverser les océans et à représenter le continent. Je laisse chacun réfléchir sur le pourquoi. Certains diront qu’il s’agit d’une absence de moyens, mais ce serait limiter le débat. A notre sens, cela tient à la difficulté de présenter des propositions artistiques qui tiennent la route. Nous souhaitons saisir l’opportunité de vous voir réunis ici pour affirmer que s’il n’est nullement interdit de sortir de son pays et porter l’art ailleurs cela ne doit pas faire oublier d’où l’on vient et agir au détriment de l’Afrique », a-t-il précisé.

Le promoteur de 5 Mondes Gallery estime également que pour l’émergence, un marché africain n’est pas seulement de la compétence des seuls galeristes, mais bien de toute la filière, artistes compris. Après le lancement, tout laisse croire que l’on verra l’entendue des ambitions de 5 Mondes Gallery et ses innovations dans les prochains mois, voire les prochaines années.

Amadou Kodio

Source : Ziré