Par peur de la montée en puissance des FAMA sur le terrain : Le HCUA menace les autorités de la transition et appelle ses troupes à la mobilisation

Si les ex-rebelles du nord ont toujours prouvé qu’ils sont des maîtres chanteurs dans notre pays, le temps des chantages à l’endroit des plus hautes autorités est révolu. Les tentatives de menaces du Haut Conseil pour l’Unité de l’Azawad (HCUA) à l’issue de sa réunion extraordinaire tenue à Kidal sont d’ores et déjà vouées à l’échec, car le Chef de l’Etat, le Colonel Assimi Goïta n’entend pas céder face à la pression, ni aux menaces.
Les autorités en charge de la Transition accordent une importance particulière à la sécurité sur l’ensemble du territoire national. Dans le cadre de la nouvelle dynamique amorcée, les Forces Armées Maliennes (FAMa) et leurs partenaires multiplient les succès sur le terrain. Les localités qui échappent au contrôle du pouvoir central se trouvent entre les mains des ex-rebelles. Au regard de la montée en puissance des FAMa, les ex-rebelles qui contrôlent ces localités ne dorment plus que d’un œil. Si depuis 2012, la ville de Kidal se trouve entre les mains des ex-rebelles, tout porte à croire que les autorités de la Transition tiennent à récupérer cette localité de gré ou de force. Toute chose qui coupe le sommeil au Haut Conseil pour l’Unité de l’Azawad (HCUA).
La Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) aussi « ne sait plus à quel saint se vouer » surtout que la Force Barkhane et la Task Force Takuba ont été sommées de quitter le Mali sans délai. Ce qui est sûr et certain, concernant la sécurité sur l’ensemble du territoire national, les autorités de la Transition n’entendent pas reculer d’un iota.
C’est ainsi qu’au regard de la situation qui prévaut actuellement, le bureau exécutif du HCUA a tenu une réunion extraordinaire le 27 février 2022 à Kidal. Cette réunion a été suivie d’une déclaration publiée hier lundi 28 février 2022. Ce document porte la signature du porte-parole de cette organisation, M. Almou Ag Mohamed. Il ressort de ce communiqué que le (…).
TOUGOUNA A. TRAORE
Source: NOUVEL HORIZON