Dr Ibrahim Sangho sur la durée de la transition : « Les Maliens ne doivent pas rester dans le flou »

La Synergie 22 a animé une conférence de presse sur le Monotoring et l’alerte pour l’effectivité des réformes politiques, institutionnelles et électorales au Mali. À l’issue de cette conférence tenue le 19 janvier 2022 à la Maison de la Presse, les responsables de la Synergie ont attiré l’attention des autorités de la transition sur un certain nombre de points dont le flou qui règne autour de la durée de la transition et le départ des forces Barkhane et ses alliées.

Au cours de cette rencontre avec les hommes de médias, la Synergie 22 montre toute sa préoccupation suite aux affres des sanctions prises par la CEDEAO et l’UEMOA contre le Mali. Aussi, la Synergie 22 dit avoir suivi la convocation d’une session extraordinaire du Conseil national de Transition (CNT), le 04 février 2022, par le président de la République autour, entre autres, des projets de loi portant révision de la charte de la transition ; relecture de la loi électorale et celui partant création de la police territoriale. « La Synergie 22 a constaté le retrait des autres projets de l’agenda du CNT à l’exception du projet de révision de la Charte de la transition qui, du reste, ne spécifie aucun délai pour la prolongation », a souligné Dr Ibrahim Sangho, président de la Synergie 22.

Pour Dr Sangho, les Maliens doivent être informés sur un nouveau chronogramme. « Les Maliens ne doivent pas rester dans le flou par rapport à la durée de la transition. Une première proposition a été rejeté par la CEDEAO, ça veut dire qu’on doit présenter un nouveau chronogramme qui doit-être publié, mais un chronogramme consensuel », a-t-il ajouté.

Sur la situation politique, la Synergie estime avoir noté la déclaration, en date du 16 février 2022, du Cadre d’échange des partis politiques pour une transition réussie par rapport à la poursuite de la transition au-delà du 25 mars 2022, qui marque la fin des 18 mois inscrits dans la Charte du 12 septembre 2020. Selon la Synergie 22, le Cadre a réitéré à l’endroit des autorités actuelles de la transition son exigence concernant la mise en place dans les meilleurs délais d’une transition neutre avec un programme clair, centré sur le renforcement de la sécurité sur l’ensemble du territoire national ; l’apaisement du climat socio-politique ; le renforcement de la relation entre notre pays avec ses partenaires et le retour rapide à l’ordre constitutionnel normal à travers l’organisation d’élections libres, démocratiques et transparentes .

« C’est aux FAMas d’assurer la sécurité du Mali »

La Synergie 22 a aussi réagi sur le retrait annoncé des forces étrangères Barkhane et alliées. Sur ce plan, elle trouve que la sécurité des Maliens et leurs biens revient aux Forces Armées et de Sécurité du Mali et non pas à une quelconque force étrangère. Sur le plan de la sécurité des personnes et leurs biens, la Synergie a noté et a salué les avancées significatives dans la lutte contre le terrorisme. Elle félicite également les autorités de la transition pour leurs efforts dans la lutte contre l’insécurité à travers la neutralisation de deux cents huit (208) terroristes par les Forces armées maliennes (FAMA), du 25 décembre 2021 à ce jour. Sur le plan de la protection des droits de l’Homme, la Synergie salue les actions engagées par les autorités dans le cadre de la protection des personnes marginalisées, notamment celles dites ‘’esclaves par ascendance’’ dans la région de Kayes. Enfin, la Synergie rappelle aux autorités de la transition l’impérieuse nécessité de respecter les Normes et Conventions internationales.

Amadou Kodio

Source : Ziré