Mali : le projet ‘’Lutte intégrée contre la malnutrition chronique au Mali’’ lancé pour cinq ans

à la une Actualités Au Mali Flash infos Infos en continus Société

Financé par Affaires mondiales Canada à hauteur de 6,2 milliards de Francs CFA pour une durée de cinq ans (2021 – 2026), le projet ‘’Lutte intégrée contre la malnutrition chronique au Mali’’, initié par l’ONG internationale Action Contre la Faim au Mali (ACF) et officiellement lancé le 18 février 2022 à Bamako, permettra d’améliorer le statut nutritionnel des enfants de moins de cinq ans et des femmes enceintes et allaitantes (FEFA) dans les régions de KAYES, de Kita et de Sikasso. Ainsi, il bénéficiera directement à plus de 728 000 personnes, dont 52,7% de femmes et d’adolescentes, ainsi que 46,3% d’enfants de moins de cinq ans.

C’est un projet ambitieux qui sera mis en œuvre dans les Districts sanitaires de Kita, Kayes, Bafoulabé et Sikasso, par l’organisation internationale Action Contre la Faim au Mali (ACF), en partenariat avec l’Association malienne pour le développement communautaire (AMADECOM) et la Convergence des femmes rurales pour la souveraineté alimentaire (COFERSA). De manière générale, le projet bénéficiera indirectement à l’ensemble de la population des quatre districts sanitaires concernés, soit plus de 2 millions de personnes (725 000 à Kayes, 489 000 à Kita, 182 000 à Bafoulabé, 692 000 à Sikasso), dont 459 000 femmes de quinze à quarante-neuf ans, dont 106 000 adolescentes de quinze à dix-neuf ans. Aussi, il bénéficiera directement à 729 000 personnes dont 528 000 femmes (dont 60 700 adolescentes de quinze à dix-neuf ans) des mêmes localités.

Ce projet vise non seulement à renforcer l’accès et le contrôle des femmes et des adolescentes aux ressources sociales et économiques, notamment l’accès aux services financiers à travers l’appui aux initiatives endogènes d’épargne et de crédit et la connexion avec les institutions de microfinance, mais aussi à faire la promotion des droits fondamentaux des femmes et des filles, notamment leur accès à la santé sexuelle et reproductive, condition importante du renforcement de leur pouvoir. Il vise enfin à renforcer les capacités des femmes et des adolescentes dans la prise de décisions au niveau familial, notamment à travers l’accroissement de leurs connaissances, l’estime de soi et leur capacité économique.

Selon le directeur pays de ACF, Kambiré Sanzan, le Mali continue de faire face à une situation nutritionnelle préoccupante avec des taux de malnutrition alarmants. « Un enfant sur dix souffre de la malnutrition aiguë et 25 % des enfants de moins de cinq ans sont atteints de malnutrition chronique selon la SMART 2021. La malnutrition aiguë constitue l’une des premières causes de morbidité et de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans du fait de sa sévérité. Une femme sur dix (10 %) souffre d’émaciation dont 3 % sous la forme modérée ou sévère. Trente-et-un sur cinquante-et-un cercles (soit 61%) sont en situation critique (Phase 4) tandis que quatorze sont en situation sévère (Phase 3) en raison d’une augmentation de la malnutrition aiguë globale due à l’aggravation des problématiques d’insécurité et de difficultés d’accès aux soins de santé et nutritionnels, l’accès à l’eau, à des systèmes d’assainissement adéquats, des déplacements de populations, de l’accroissement anticipé de l’insécurité alimentaire », a-t-il souligné.

Kambiré Sanzan précise également que plus de 9 % de la population seront en insécurité alimentaire en période de juin à août 2022, selon le cadre harmonisé.

« Il est noté un gap de 54 % dans le financement de la nutrition. Les ressources reçues des bailleurs en 2021 n’étaient pas assez pour répondre aux besoins vitaux des plus vulnérables. Si la nutrition n’est pas financée, par exemple, la prise en charge nutritionnelle pour environ 959 305 enfants, dont 247 088 enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère et 712 216 enfants de 6 à 59 mois souffrant de malnutrition aiguë Modéré sera interrompue. C’est pourquoi nous encourageons le gouvernement à mettre en œuvre ses engagements récents pris dans le cadre du sommet international Nutrition for Growth tenue au Japon en décembre dernier », a-t-il déclaré.

Renforcer l’autoproduction d’aliments à forte valeur nutritive

Le directeur pays de ACF a enfin précisé que ces trois régions ont été retenues car elles présentaient des taux de malnutrition chronique très élevés et bénéficient d’une bonne stabilité sécuritaire par rapport à d’autres régions du pays.

« Le Projet vise à améliorer le statut nutritionnel des enfants de moins de cinq ans, des femmes enceintes et des mères allaitantes dans les régions de Kayes, Kita et Sikasso au Mali. Il s’attaque à trois causes majeures de la malnutrition chronique, le manque d’accès à des soins adéquats, à des environnements sains et à une nutrition appropriée. Ces trois paramètres sont grandement influencés par les inégalités de genre affectant les femmes et les adolescentes », a expliqué François Picard, chef de Coopération (Mali/Niger) à l’Ambassade du Canada au Mali.

La représentante de la ministre de la Santé, Dr. Youma Sall, a estimé que la sécurité alimentaire et nutritionnelle étant une fonction stratégique de développement, il est indispensable et nécessaire de mettre en œuvre des politiques qui renforcent l’autoproduction d’aliments à forte valeur nutritive de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche et des produits forestiers non ligneux. « Cela devra être soutenu par la gestion sécurisée des ressources en eau, la création d’emplois et la réhabilitation d’infrastructures requises dans les zones rurales », a-t-elle souligné, avant de remercier l’ensemble des partenaires techniques et financiers intervenant dans l’approche multisectorielle de la nutrition, et particulièrement l’Ambassade du Canada pour le financement dudit projet ‘’Lutte intégrée contre la malnutrition chronique au Mali’’.

L’occasion a été bonne pour l’ACF de présenter le contenu du Projet à ses invités. Ainsi durant cinq ans (2021- 2026), l’Action Contre la Faim et ses partenaires nationaux, sous l’accompagnement financier de Affaires mondiales Canada, travailleront à améliorer le statut nutritionnel des enfants de moins de 5 ans, des femmes enceintes et des mères allaitantes dans les régions de Kayes, Kita et Sikasso, à travers l’accès à des soins adéquats, à un environnement salubre et à une alimentation adaptée.

Ousmane BALLO / Afrikinfos-Mali

Last Updated on 21/02/2022 by Ousmane BALLO