Secteur 4 de l’opération Maliko : Déluge de feu sur les repaires des terroristes

Socoura, Boulkessi, Mondoro, Boni, Farabougou, Marébougou ou dans la forêt de Wagadou, les différentes missions effectuées par les avions et les hélicoptères de combat de l’Armée de l’air ont permis de neutraliser des terroristes et de détruire leurs bases logistiques. à Mopti, notre équipe a suivi de près la préparation et l’exécution d’une mission spéciale sur le front Super Tucano A29, Mi 35, Mi 171 font aujourd’hui la fierté des Forces armées maliennes (FAMa) à travers l’Armée de l’air. Ces avions et hélicoptères de combat ultra modernes sont en train de faire leur preuve dans la traque des terroristes dans le secteur 4 de l’opération Maliko couvrant les Régions de Mopti, Douentza, Bandiagara et Tombouctou.

Comment les frappes aériennes sont-elles planifiées et exécutées dans ces localités? Les objectifs sont-ils atteints ? Pour en savoir davantage, nous avons fait une immersion au sein du Centre de coordination des opérations aériennes du théâtre Centre-Est, dont le poste de commandement opérationnel est basé à l’aéroport de Sévaré.

En ce mercredi 16 février 2022, le chef du Centre de coordination des opérations aériennes du théâtre Centre-Est, commandant de la 2è Région aérienne, le colonel Soriba Yacouba Coulibaly et ses hommes sont en plein préparatif des vols du jour. Pilotes, mécaniciens et contrôleurs, tout le monde s’active pour que les missions du jour soient parfaitement exécutées. Le Mi 35 est déjà positionné sur la piste pour effectuer une mission spéciale à Gao. 

Le capitaine Boubacar Dembélé en est le commandant de bord. D’après ses explications, le Mi 35 est un hélicoptère de combat de fabrication russe qui peut opérer de jour comme de nuit même dans des situations météorologiques extrêmes. «Tous les jours, nous effectuons des missions sur les différents théâtres d’opérations de Nara à Mopti et dans les régions du Nord. On peut faire en moyenne trois ou quatre sorties par jour. Selon les besoins et la réalité du terrain, nous intervenons pour appuyer les troupes terrestres.

La spécificité même de notre mission de faciliter l’appui rapproché des troupes terrestres. En dehors des combats, on peut également faire des missions de transport en embarquant des commandos avec nous. On peut aussi faire des missions d’évacuation sanitaire et de transports logistiques», explique le commandant de bord. Le capitaine Hamidou Traoré est pilote de Mi 171 E, un autre appareil de combat de fabrication russe destiné au transport des troupes et de matériels. «Actuellement, nous effectuons plusieurs missions par jour. Cet appareil que nous utilisons est opérationnel du matin au soir », dit le capitaine Traoré, précisant que le Mi 171 E, avec une autonomie de vol de trois heures, peut prendre 27 hommes et leurs équipements.

TOURNANT IMPORTANT-Le deuxième Mi 35 opérant sur le front est piloté par le capitaine Amadou Maïga. L’officier est très fier de son appareil dont la puissance de feu contribue considérablement aux succès des FAMa chaque jour sur le front. «Le Mi 35 est un hélicoptère de combat polyvalent qui peut agir de jour comme de nuit, dans des conditions météo extrêmes. C’est un appareil d’appui feu extrême. Il est capable aussi d’effectuer des missions de transport», relève le capitaine Maïga.

Ce qui fait encore plus la fierté de l’Armée de l’air, c’est incontestablement le Super Tucano A29, un appareil de chasse léger, rapide et qui ne laisse aucune chance à l’ennemi. Il est piloté par le très expérimenté, le lieutenant-colonel Adama Demba Bembélé. «Le Super Tucano est un avion d’appui feu. Il est équipé de deux mitrailleuses et deux lanceurs-roquettes qui peuvent transporter des bombes pour appuyer nos troupes terrestres au combat. Vu sa rapidité et sa technologie, cet appareil est un bon moyen pour appuyer nos forces dans leurs missions régaliennes», assure le commandant de bord, ajoutant que son appareil a déjà détruit des bases de terroristes à Socoura, Boulkessi, Mondoro, Boni, Farabougou, Marébougou et dans la forêt de Wagadou dans la zone de Nara.

Il faut reconnaître que le chef du Centre de coordination des opérations aériennes du théâtre Centre-Est et ses hommes sont en train de faire un travail remarquable dans la montée en puissance des FAMa. Leurs multiples missions sur les théâtres d’opérations ont été un tournant important dans la lutte contre les groupes armés terroristes opérant sur le territoire national. «L’acquisition de nouveaux vecteurs par les autorités de la Transition nous a permis d’être entièrement autonomes sur le terrain. 

Nous opérons maintenant entre Maliens», a fait savoir le colonel Soriba Yacouba Coulibaly, précisant que l’Armée est aujourd’hui dotée de plusieurs avions de combat, de transport de troupes et de matériels, des avions de reconnaissance TETRAS. «Toutes les missions dédiées à une Armée de l’air normale, nous sommes en mesure de les faire actuellement à cent pour cent», dit le pilote instructeur.Comme dit un adage : «Vaut mieux voir une fois, qu’entendre mille fois». Ce que l’Armée de l’air est en train de faire sur le front nous rapproche chaque jour de la victoire finale sur les groupes obscurantistes.

Envoyés spéciaux
 Madiba KEÏTA
Oumar DIOP

Source: L’Essor