Au Burkina Faso, plusieurs localités de l’est menacées par les groupes armés

Les groupes armés ont donné un ultimatum aux habitants des villages de Tibadi, Folpodi, Bonkada ou encore Oumpoundeni, de déguerpir depuis le 13 février dernier. Tous les habitants fuient vers la commune de Pama, à environ centaine de kilomètres de Fada N’Gourma. Les réseaux de téléphonie ne fonctionnent plus dans une partie de la région, les installations ont été sabotées par les groupes armés.

La quasi-totalité des villages autour de la commune Pama ont reçu la visite des groupes armés selon plusieurs témoins. Les populations fuient pour se réfugier à Pama, la seule commune encore sure dans la zone, explique un habitant. « Quand ils sont venus, ils ont averti qu’ils nous donnaient 24h pour quitter le village », souligne ce témoin.

« Une vingtaine de jeunes de la commune de Pama ont été enlevés, mais six personnes ont été relâchées quelques heures après », précise un ex-élu local. Ces jeunes avaient décidé d’aider les personnes âgées à quitter les villages menacés.

« Des hommes armés non étatiques »

« L’heure est grave » s’inquiète notre interlocuteur. Selon des témoins, « pour la première fois, des hommes armés non étatiques ont effectué une opération de contrôle sur la route allant de Kompienga à la frontière du Togo ».

Ils vérifient les identités de toutes les personnes qui empruntent le tronçon et retirent les moyens de déplacement des travailleurs de l’administration publique soulignent ces témoins.

Difficile de communiquer avec les habitants de la commune de Pama. Les installations téléphoniques ont été sabotées raconte une source du côté de Fada N’Gourma. « Nous avons l’impression que ces hommes armés veulent encercler la commune de Pama, il faut une intervention », fait savoir cet habitant.

Source: RFI