Fabrication de produits pharmaceutiques en Afrique : le Maroc passe à la vitesse de croisière

Le roi du Maroc, Mohammed VI, a lancé les travaux de réalisation d’une usine de fabrication de vaccins anti Covid-19 et autres vaccins. C’était le 27 janvier 2022 à Benslimane, région de Casablanca. L’objectif de cette unité industrielle, baptisée ‘’Sensyo Pharmatech’’ et dont l’investissement est estimé à environ 200 millions d’euros, est d’assurer l’autosuffisance du royaume chérifien en matière de vaccins et en faire une plateforme de biotechnologie de premier plan à l’échelle du Continent africain et du monde.

Le royaume chérifien, le Maroc, passe désormais à la vitesse de croisière et marche sérieusement vers une souveraineté sanitaire et vaccinale. Une fois finie, cette unité industrielle, en plus de la fabrication et de la mise en seringue des vaccins anti-Covid et autres vaccins, disposera de trois lignes industrielles dont la capacité combinée de production atteindra 116 millions d’unités en 2024. Ces lignes seront dédiées à la production de seringues pré-remplies, de flacons de liquides et de flacons lyophilisés. Déjà, le lancement de la production des lots d’essais est prévu le 30 juillet 2022.

C’est dire que le Maroc va sans nul doute renforcer sa place en Afrique et se fera encore plus respecter au plan mondial. Mieux, l’objectif de Sensyo Pharmatech est d’assurer l’autosuffisance du royaume chérifien en matière de vaccins et en faire une plateforme de biotechnologie de premier plan à l’échelle du continent africain et du monde.

C’est un projet très ambitieux qui mobilisera environ 500 millions d’euros à terme. Ce qui fera du Maroc un hub biotechnologie incontournable en Afrique et dans le reste du monde, capable d’assurer les besoins sanitaires du continent à court et à long termes, en y intégrant la recherche pharmaceutique, le développement clinique, la fabrication et la commercialisation de produits biopharmaceutiques de grande nécessité.

Aussi, à partir de 2025, le Royaume chérifien sera-t-il capable de produire plus de deux milliards de doses de vaccins, grâce à un partenariat public-privé avec la société suédoise Recipharm, l’un des leaders mondiaux de la biotechnologie et de l’industrie du Fill & Finish. Il faut tout simplement dire qu’avec ces grandes ambitions, le Maroc pourra devenir dans les cinq prochaines années la locomotive du continent africain en matière de recherche, de développement et de fabrication des produits biopharmaceutiques de pointe.

Un projet de trois phases !

En premier lieu, il y aura le lancement de la production des lots d’essais à partir du 30 juillet 2022. La deuxième phase concernera le transfert du remplissage aseptique et de la fabrication de substance active de plus de vingt vaccins et produits bio-thérapeutiques, incluant trois vaccins anti Covid-19. A partir de là, le Maroc compte couvrir, à horizon 2025, plus de 70% des besoins de son pays et plus de 60% de ceux du continent africain.

En dernier lieu, le projet ambitionne de créer, d’ici 2030, un pôle africain d’innovation biopharmaceutique et vaccinale au Maroc reconnu mondialement. Cela, dans le cadre d’un partenariat non seulement entre des acteurs majeurs internationaux intervenant dans les domaines de recherche et de développement de technologies de pointe dans les vaccins et produits bio-thérapeutiques, mais surtout avec les institutions marocaines de tutelle, notamment les ministères de l’Enseignement supérieur, de la Santé, de l’intérieur, de l’Industrie et de celui des Finances.

Ousmane BALLO

Source : Ziré