Mali: la junte appelle à des rassemblements contre les sanctions

À l’appel de la junte malienne, une importante manifestation est prévue ce vendredi 14 janvier dans la capitale malienne place de l’Indépendance. L’objectif est de dénoncer les sanctions contre le Mali prises lors du dernier sommet des chefs d’État de la Cédéao. Plusieurs interventions sont prévues lors de ce rassemblement dans la capitale malienne. 

De nombreux hommes et femmes politiques, des responsables d’associations, et des mouvements de jeunesse ou encore des citoyens, sont attendus à la manifestation de ce vendredi. Démonstration de force pour les uns, soutien à la transition pour les autres, ou encore soutien au Maliba c’est-à-dire au grand Mali, les organisateurs espèrent mobiliser beaucoup de monde.

Au moins sept interventions prévues

Si le programme ne change pas, dès la mi-journée, des décibels vont monter place de l’Indépendance de Bamako. La prière du vendredi est prévue sur place. Ensuite, au cœur de la manifestation, au moins sept interventions sont prévues, dont celle du Premier ministre Choguel Maïga. Il faut s’attendre à ce que tous les intervenants critiquent, dénoncent, les sanctions politiques, économiques, prises contre le Mali par le dernier sommet des chefs d’État de la Cédéao.

Mais la manifestation se veut également un moment d’unité nationale pour surmonter la crise. « Ce qui nous lie est le drapeau national », insiste l’un des organisateurs. De son côté, le président de la transition, le colonel  Assimi Goïta, a récemment affirmé que malgré tout, son pays n’entend pas fermé à double tour les portes du dialogue avec la Cédéao.

L’ONU appelle à un nouveau calendrier

Une voix diplomatique de plus autour du dossier malien. Le secrétaire général de l’ONU a appelé cet après-midi le Mali à réviser le calendrier des élections afin que la Cédéao lève les sanctions supplémentaires auxquelles elles ont soumise Bamako ce week-end. Antonio Guterres s’est entretenu ce jeudi avec les présidents du Ghana, du Sénégal, du Nigeria, le président de la Commission de l’Union africaine et le ministre des Affaires étrangères algérien. Et il espère pouvoir joindre rapidement les autorités maliennes pour aider à sortir de l’impasse.

Il est absolument essentiel que le gouvernement malien présente un calendrier acceptable du point de vue des élections, en tenant compte de la déclaration du président du Mali, qui est ouvert avec la coopération avec la Cédéao. Naturellement, je travaille avec la Cédéao et avec l’Union africaine, pour créer les conditions qui puissent permettre que le gouvernement du Mali adopte une position raisonnable et acceptable, pour accélérer une transition qui dure déjà depuis longtemps.

Source : RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *