Mali : la BCEAO note une balance commerciale excédentaire de 290 milliards de F CFA en amélioration par rapport à 2019

La Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a organisé le 23 décembre 2021, la 14è édition de sa Journée de diffusion des comptes extérieurs du Mali ; sous le thème : «Les mesures de réduction durable du déficit du compte courant au Mali».

L’ouverture des travaux était présidée par le représentant du ministère de l’Économie et des Finances, Diakaridia DEMBELE ; en présence du directeur national de la BCEAO-Mali, Konzo TRAORE ; des représentants des institutions internationales et régionales, des services centraux de l’État, des directeurs généraux des sociétés, des banques et établissements financiers, etc.

De cette rencontre, il ressort que les économies de l’UEMOA ont évolué, au cours de l’année 2020, dans un environnement international marqué par les effets de la crise sanitaire.

A l’instar des autres pays, l’année 2020 a été marquée par les effets de la crise sanitaire sur l’activité économique au Mali, mais aussi par l’impact de la situation sécuritaire du pays et de la crise politico- institutionnelle, marquée par le changement de régime le 18 août 2020.

En outre, les retards enregistrés dans la conclusion d’accords, entre le Gouvernement et les cotonculteurs, en vue de la fixation des prix aux producteurs, ont engendré une baisse de près de 75% des superficies cultivables.

Au titre des finances publiques, les mesures de lutte contre la pandémie de la COVID-19 ont affecté l’équilibre budgétaire au Mali. Les dépenses occasionnées, en vue de la prise en charge des besoins, ont creusé davantage le déficit budgétaire.

Sur le plan de l’évolution des prix, l’inflation mesurée par la variation moyenne de l’IHPC est estimée à 0,5% en 2020 contre -3,0% en 2019, niveau conforme à la norme communautaire de 3,0% maximum prévue par les critères de convergence de I’UEMOA.

De l’analyse des chiffres clés de la balance des paiements 2020 présentés par le directeur national de la BCEAO, il ressort que les exportations de biens se sont élevées à 2.759,4 milliards de F CFA, en hausse de 28,1% par rapport à 2019.

Cette performance s’explique par la forte progression du cours de l’or en 2020. Ce métal jaune représente 82% de nos exportations. Il est suivi du coton avec 6% pour des montants évalués respectivement à 2 263 milliards et 162 milliards de F CFA. Les importations de biens FOB, c’est-à-dire en excluant le fret et l’assurance, se sont établies à 2.469 milliards de F CFA, en baisse de 2,3% par rapport à 2019.

Ce faisant, la balance commerciale qui est la différence entre exportations et importations de biens est ressortie excédentaire de 290 milliards de F CFA en amélioration par rapport à 2019.  Cette évolution, selon le directeur national de la BCEAO, est imputable à un rythme de progression des exportations plus élevé que celui des importations. Quant au solde courant, il est ressorti à -218,5 milliards de F CFA en 2020, après -755,0 milliards en 2019. Il représente -2,2 % du Produit intérieur brut (PIB).

Cette journée est devenue un rendez-vous annuel inscrit dans l’agenda national, a noté le représentant du ministère de l’Économie et des Finances. Diakaridia DEMBELE a félicité les acteurs pour la régularité dans la production de la balance des paiements. Cet instrument fondamental pour l’analyse, la décision et la formulation des politiques économiques est, selon lui, de «mieux en mieux connue des décideurs politiques et des acteurs du secteur privé».

Selon lui, la production des statistiques sur la balance des paiements et des statistiques monétaires fait partie intégrante du schéma directeur de la statistique 2020-2024. Elle vise à doter le Mali d’un Système statistique national performant à même de produire, analyser et diffuser des données de qualité couvrant les besoins des différents utilisateurs, a expliqué Diakaridia DEMBELE.

Le département des Finances a salué la régularité dans la production de la balance des paiements.

Abdoulaye OUATTARA  / Afrikinfos-Mali