Mali : la section syndicale du commerce menace d’observer une grève de 120 heures

Malgré l’accord du gouvernement, le Procès-verbal de conciliation du 27 Juillet 2021 souffre du manque d’application. Aussi, les nouvelles négociations entamées vendredi dernier avec la section syndicale du commerce n’ont pas encore abouti. A l’origine de ce nouvel échec, les responsables mettent en cause la bonne foi des autorités qui ne se sont pas fait représenter par les vrais responsables chargés de la mise en œuvre de l’Accord du 27 juillet dernier.

Face au non-respect des engagements pris par les autorités, la section syndicale du commerce menace d’observer une grève de 120 heures, allant du 22 au 26 novembre 2021, si ses revendications ne sont pas satisfaites. En effet, lors du conseil des ministres du 10 novembre 2021, le gouvernement a pris une série de mesures pour gérer la flambée des prix et la cherté de la vie.

Pour ce faire,  le Conseil a pris acte des efforts du gouvernement et a décidé de subventionner certains produits de première nécessité, notamment le riz, le sucre et l’huile alimentaire. Cette subvention se traduira par la réduction de la base taxable de 50% sur l’importation de : 300 mille tonnes de riz ; 60 mille tonnes de sucre ; 30 mille tonnes d’huile alimentaire.

Cependant, cette volonté politique risque de se heurter à la grève des travailleurs de la section du commerce qui regroupe les travailleurs de la Direction Générale du Commerce et de la Concurrence (DGCC), de l’Agence pour la Promotion des Investissements (API) et du Bureau Veritas. Ces travailleurs seront surement des acteurs incontournables pour la réussite de ces opérations.

Dans un préavis de grève déposé sur la table du gouvernement, la section syndicale du commerce demande l’application intégrale du procès-verbal de conciliation du 27 Juillet 2021 ; la  relecture de la Loi n° 2021-036 du 16 juillet 2015 portant protection du consommateur ; la reprise des travaux de construction du Bâtiment de l’hôtel de commerce.

La section syndicale exige aussi la réservation du poste de conseiller économique et commercial des différentes missions permanentes auprès des ambassades dans les pays partenaires commerciaux du Mali aux corps des services économiques; l’organisation d’un conseil d’administration extraordinaire de l’API-MALI pour l’application des augmentations des salaires obtenues entre l’Union Nationale des Travailleurs du Mali (UNTM), le gouvernement et le Conseil National du Patronat du Mali (CNPM) conformément aux respect stricts des procès-verbaux de 2014, 2019 et 2021 ;

Le syndicat demande également le prélèvement de 1% des recettes de L’Agence Malienne de Métrologie (AMAM) pour alimenter le fonds social. Faute de satisfaction, la section syndicale menace d’observer une grève de 120 heures, allant du 22 au 26 novembre prochain. Elle se poursuivra pour 72 heures, allant du  29 novembre au 1er décembre 2021 et devient illimitée à  partir du 06 décembre 2021.

Abdoulaye OUATTARA / Afrikinfos-Mali

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *