Mali: après la libération de Dr Keb, des dizaines d’otages maliens sont encore prisonniers

Au Mali, la frustration des proches des otages toujours détenus est grande. L’annonce de la libération du chanteur Dr Keb et de ses accompagnateurs, en début de semaine, a évidemment été accueillie avec joie par tout le pays. Mais d’autres otages, occidentaux et maliens, sont toujours en captivité au Mali, depuis parfois de longues années. Leurs proches s’impatientent mais restent plus déterminés que jamais à obtenir leur libération

Le journaliste français Olivier Dubois a été enlevé en avril dernier au Mali. Américain, Roumain, Australien, Allemand, d’autres otages Occidentaux patientent, depuis parfois plus de six années. Bien plus nombreux sont les otages maliens : ils sont plusieurs dizaines, tous les cas ne sont pas révélés. Conseillers communaux, maires, professeurs, militaires… Pour la plupart, il s’agit de représentants ou de symboles de l’État.

Sakouba Mady Dembele est le secrétaire général adjoint du Syndicat libre des travailleurs du ministère de l’administration territoriale (Syltmat). Il sait que la libération de ses collègues est plus difficile à négocier que celle des autres.

« La volonté de ces bandits armés est de supprimer tout ce qui représente l’État. Les préfets, sous-préfets et gouverneurs sont l’incarnation de l’État. Nous ne représentons pas les mêmes enjeux que les autres otages, qu’ils soient politiques ou artistes », explique-t-il.

Après la libération du chanteur Dr Keb, Sakouba Mady Dembele a été reçu au ministère de l’Administration territoriale, pour parler des autres otages toujours détenus : « Il faudrait que l’État redouble d’effort. C’est la réponse qui m’a été donnée. Comme il s’agit de dossiers sensibles, on ne peut pas donner tous les détails sur des antennes. Mais on m’a rassuré, tout est mis en œuvre pour obtenir la libération de tous les Maliens retenus en otages. »

Au Mali, les cas du sous-préfet de Farako, Ali Cissé, enlevé en décembre 2019, et du préfet de Gourma-Rharous, Drissa Sanogo, enlevé en mai 2020, sont parmi les plus connus. Drissa Sanogo sera à la retraite en décembre prochain. Ses proches espèrent fêter l’événement à ses côtés.

Source : RFI