Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, à Bamako : «Un des points importants qui intéressent la CEDEAO, c’est un calendrier clair pour la bonne tenue des élections de 2022 »

Le Médiateur de la CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) au Mali, Goodluck EBELE JONATHAN, ancien Président de la République du Nigéria, accompagné d’une forte délégation, séjourne au Mali depuis le 05 septembre 2021. La mission du Médiateur de l’Organisation sous-régionale qui prendra fin ce mardi 07 septembre 2021, s’inscrit dans le cadre du suivi régulier du processus de Transition en cours au Mali. Dans une rencontre qu’il a eue à la Primature, hier, lundi 06 septembre 2021, avec le Premier ministre malien, Dr. Choguel Kokalla Maïga, le Médiateur de la CEDEAO a fait savoir que la transition au Mali de 18 mois doit prendre fin avec les élections présidentielles de février 2022. « Un des points importants qui intéressent non seulement la CEDEAO et l’équipe de Médiation, mais aussi, les autres partenaires internationaux, c’est notamment un calendrier clair qui renseigne sur les différentes étapes à franchir pour la bonne tenue des élections de 2022 », a déclaré Goodluck Jonathan.

Au cours de cette rencontre à la Primature, le Premier ministre, Dr. Choguel Kokalla Maïga, chef du gouvernement, a souhaité la bienvenue au Médiateur de la CEDEAO sur la crise malienne, Goodluck Jonathan. Avant de souhaiter que cette transition en cours soit la dernière au Mali afin de permettre au pays d’amorcer le chemin de la stabilité. Il a fait savoir que cette visite de Goodluck Jonathan intervient après l’adoption du Plan d’action du gouvernement de la transition par le CNT (Conseil national de transition) basé sur trois piliers : Sécuritaire-Politique-Social.

« Le gouvernement de transition que j’ai l’honneur de conduire depuis le 7 juin 2021 est résolument engagé dans l’action pour relever les défis aussi complexes et multiples auxquels le Mali est confronté. Action résolue pour répondre aux préconisations de la CEDEAO, action déterminée pour apaiser le climat social avec les syndicats, action continue pour créer les conditions de rassemblement des Maliens, pour mener les réformes consensuelles et inclusives, action courageuse pour lutter contre les groupes armés terroristes, action soutenue pour relancer l’économie durement éprouvée par la crise sanitaire de covid 19 et l’insécurité galopante », a précisé le Premier ministre.

Pour sa part, le Médiateur de la CEDEAO sur la crise malienne, Goodluck Jonathan, a remercié le gouvernement malien pour les efforts qui ont été faits jusqu’à ce jour, notamment la libération de l’ancien président de la Transition, Bah N’Daw et de l’ex- Premier ministre, Moctar Ouane. S’adressant au Premier ministre, le Médiateur dit ceci : «Vous avez un temps bref pour répondre un grand nombre d’aspiration du peuple. Donc, c’est un grand défit à relever ». Selon lui, la transition au Mali de 18 mois doit prendre fin avec les élections présidentielles de février 2022.

« Un des points importants qui intéressent non seulement la CEDEAO et l’équipe de Médiation, mais aussi, les autres partenaires internationaux, c’est notamment un calendrier clair qui renseigne sur les différentes étapes à franchir pour la bonne tenue des élections de 2022… A Bamako avec  l’équipe de Médiation de la CEDEAO pour donner suite à l’avancement du programme de transition du Mali, nous sommes optimistes que le dialogue et les engagements continuent au sein de la population, approfondiront le processus de conduite pacifique des élections prévues et reviendront à l’ordre constitutionnel », a conclu Goodluck Jonathan.

Au cours de son séjour, la délégation du Médiateur aura des consultations avec les forces politiques et sociales du Mali. Elle aura une séance de travail avec le Comité Local de Suivi de la Transition et les partenaires bilatéraux et multilatéraux du pays.

Aguibou Sogodogo

Source: Le Républicain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *