Grève du syndicat de la santé et de l’action sociale : des agents se désolidarisent du mouvement

Le syndicat de la santé de l’action sociale a entamé une grève de 72 heures ce lundi 06 septembre. Les grévistes exigent entre autres le retour d’un de leurs camarades muté dans un autre service à cause de ses activités syndicales. Le mouvement est observé à l’hôpital du Mali, aux CHU Point. G et Gabriel Touré. Dans ces deux derniers hôpitaux, la cessation du travail est marquée par une dissidence qui a refusé d’observer le mot d’ordre.

A l’hôpital Point G, le syndicat affirme que la grève est effective et le mouvement se poursuit normalement. « la grève va continuer jusqu’au mercredi. Si les revendications n’aboutissent pas on poursuivra avec une grève de cinq jours la semaine prochaine », précise Dr Guida Landouré, secrétaire adjoint du syndicat

Du côté de l’hôpital Gabriel Touré, aussi la grève suit son cours, selon Dr Amadou Maiga, membre du secrétariat aux revendications du comité syndical. Pour Dr Maïga « il n’y a pas de travail parce que le syndicat majoritaire est le syndicat national de la santé, de l’action sociale et de la promotion féminine ». Il rassure tout de même que le service minimum est respecté. « Tout ce qui nécessite une prise en charge urgente nous le faisons pour ne pas entacher l’image du syndicat », dit-il.

Cependant une partie des travailleurs de ce CHU s’est désolidarisée du mouvement. Elle dit ne pas se reconnaître dans les revendications des grévistes « Nous ne sommes pas en grève et ceux qui veulent travailler sont plus nombreux que ceux qui ne le veulent pas, surtout que c’est une grève qui est observée à cause d’un individu », indique Diawara Seriba, l’un des responsables du collectif des travailleurs de l’Hôpital Gabriel Toure.

Source : Studio Tamani

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *